LA PETITE MAISON TRANQUILLE
Bienvenue à vous dans la petite maison tranquille

forum sur les inventions et liens divers :
bonne route à vous !
ici c'est comme un dictionnaire , les liens sont prit sur des magazines ect !!!
MOT CLÉ
invention, liens, divers, comme, papi, enfants, découvertes, inventions, humours, découverte, jeux, année, 2008, début, téléphone, exemple, , . quiz , liens ,divers , le saviez vous, pourquoi , dit papi ; planet, poèmes, citation, vrai ,faux ,abcd, invention, informatique , juridique,images liens , cuisine liens , astuces livres; cadeaux , emplois liens ,voyages..science , découverte, brocante liens...tout le monde en parles . musique liens; cinéma liens ... actualité ...les inventions concours l’épine ... ,
2012
Bonjour.
 2. 你叫什么名字?
Nǐ jiào shénme míngzi?
Comment t’appelles-tu ?
 3. 这是我的名片。
Zhè shì wǒ de míngpiàn.
Voici ma carte de visite.
 4. 好久不见。
Hǎojiǔ bújiàn.
Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus !
fleur

LA PETITE MAISON TRANQUILLE

INVENTION INVENTEUR INVENTION
 
AccueilportailÉvènementsFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 musee de la medecine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71413
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109684
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: musee de la medecine   Ven 5 Fév 2010 - 19:15




La maîtrise de la Douleur

Alain Neidhardt et Monique Audion-Neidhardt

mis à jour juin 2008
A Boston, le 16
octobre 1846
, fut homologuée
la première intervention chirurgicale sans douleur mondialement reconnue !
Des essais antérieurs s’étaient avérés décevants. Ce matin là, dans l’amphithéâtre
chirurgical du Massachusetts General Hospital, un patient consentant, le
jeune Abbott était prêt pour une nouvelle expérience. Les promesses vagues
de ne pas souffrir sous le bistouri du docteur Warren
suffisaient à convaincre !.. Il s’agissait d’extirper une importante
tumeur latéro-cervicale gauche, on attendait un dentiste qui promettait
une technique toute nouvelle pour supprimer toute douleur, un dénommé William
T. G. Morton.
Une foule curieuse et dubitative emplissait les gradins, s’attendant à un
échec supplémentaire de cette tentative. Parmi les présents, les Bigelow,
père et fils, l’un, physiologiste, l’autre, Henry Jacob, chirurgien, mondialement
connus s’apprêtaient à noter avec application les moindres détails de la
séance.




La solennité du moment est bien rendue…vingt ans après, dans le tableau
de Robert Hinckley (1882) avec toutes les fantaisies que l’on peut imaginer,
comme le souligne G. Arnulf. C’est au moment où l’on désespérait de le
voir arriver, alors que le docteur Warren allait intervenir comme à l’accoutumé,
c’est à dire sans précaution analgésique, qu’apparut Morton, portant un
modèle, amélioré le matin-même, de son mystérieux évaporateur de « léthéon ».
Après quelques bouffées inspirées de vapeurs issues de ce liquide, Abbott
s’assoupit, l’intervention eut lieu dans un silence religieux et, après
suture de la plaie, le patient se réveilla fort étonné de n’avoir rien
senti et ce fut une irrépressible ovation qui accueillit cet événement,
incroyable quelques minutes auparavant : une opération chirurgicale
peut être effectuée sans douleur !
A partir de ce moment et après diffusion de la technique au monde entier
et son appellation officielle par O. H. Holmes sous le nom d’Anesthésie,
il fut inimaginable de pouvoir s’en passer.

Et pourtant, que se passait-il dans les temps antérieurs ?
Le témoignage d’un confrère écrit au docteur Simpson, obstétricien célèbre
d’Edinburgh, décrit parfaitement ce qu’il fallait attendre d’une intervention
jugée nécessaire ! « Avant le temps des anesthésies,
le patient qui devait subir une opération était semblable à un criminel
se préparant à être exécuté.

Il comptait les jours qui le séparaient de la date fatale. Ce
jour venu, il comptait les heures. Il tendait l’oreille pour surprendre
le bruit des roues de la voiture du chirurgien, son coup de sonnette,
son pas dans l’escalier, son pas dans la chambre, le cliquetis de ses
instruments redoutés, ses paroles rares et graves, ses ultimes préparations.
Alors, tout en se révoltant contre son sort, il se laissait attacher et
s’abandonnait au couteau cruel ».




En règle générale, l’opération était menée à bien grâce à l’assistance
de cinq collaborateurs
musclés
, un pour le maintien de chaque membre et le cinquième
pour tenir l’extrémité céphalique !
La seule commisération manifestée par le chirurgien habile était celle
du geste rapide permettant d’écourter la période du supplice !
On peut retrouver dans les archives de la médecine un compte rendu d’une
intervention menée chez un jeune rural par le professeur Broca junior
et sans aucune précaution pharmacologique qui eût pu alléger les horribles
sensations. La « victime » s’était refusée à toute imprégnation
éthylique préalable ! Le médecin rapporteur était lui-même à la
limite de tolérance. Deux demi-heures séparées par une sorte de mi-temps
furent exigées par le chirurgien pour cause d’épuisement,
Etions-nous donc totalement dépourvus de moyens face aux circonstances
douloureuses que nous imposait la nature ?

La douleur dans l’antiquité. Il y a plus de trois-mille ans,
l’homme s’était déjà pourvu de moyens globalement efficaces contre les
douleurs les plus violentes.
Dans son arsenal thérapeutique, solanacées, papavéracées et moracées
tenaient une place prépondérante.Sur les
plaquettes d’argile
, cuites et recuites au gré des incendies
des métropoles de l’époque, et remontant aux écritures de Sumer, on retrouve
les recettes engageant à faire appel aux extraits du pavot, du chanvre, de la laitue vireuse, de la
jusquiame, mêlés souvent à l’alcool de la bière.







Sur le papyrus d’Ebers
émis 1550 ans avant notre ère, sont également recommandées quelques compositions
à base d’alcool, d’opium et…de déjections anciennes de mouches récemment
décollées du mur !
Au musée d’Héraklion la déesse de Ghazi, âgée de 3300 ans, s’est
réfugiée derrière une vitrine et atteste par sa parure coronale ornée
de pavots que l’usage fait du latex de cette fleur pouvait être salvateur.
La phytothérapie était bien établie chez les anciens. La laitue vireuse
(lactuca virosa) aux vertus hypnotiques était un élément de composition
du Népenthes. La belle Hélène, qui en aurait appris les vertus lors de
son refuge à Thèbes au bord du Nil, le fit goûter à Télémaque lors de
son passage à Lacédémone. L’usage de la laitue est encore courant pour
calmer les enfants agités du bord du Nil. Elle était soigneusement répertoriée
dans nos antiques apothicaireries dans d’harmonieux pots
canons
.












La jusquiame
était aussi à l’honneur ; ses vertus sédatives étaient accompagnées
d’effets toxiques qui devaient en faire modérer l’adjonction aux panacées
en usage.
Les pots conservant l’hyoscyamine sont également présents sur
les rayonnages de nos pharmacies.
Mais nos ancêtres ne manquaient pas non plus de chanvre, de
nymphéa, le
nénuphar jaune, et bien entendu, de mandragore.
La mandragore aux relents sulfureux, que l’on a dit pousser abondamment
sous les gibets, dernières expression du condamné agonisant émettant son
ultime désir de se survivre ! Sa racine
anthropomorphe était créditée de pouvoirs analgésiant, soporifique, extatique
mais il fallait oser la déraciner, le risque ne mourir dans l’année
était assuré et dans l’immédiat, son cri était tel que l’audacieux herboriste
en restait totalement sourd ! Malgré l’affection portée à son chien,
il était préférable de lui laisser le soin d’extirper la plante, en partie
libérée, en l’attachant par le col à l’objet convoité et de se boucher
énergiquement les oreilles !
Dans la pharmacie de l’hôpital Saint-Jacques, nous retrouvons la trace
de la plupart des ingrédients ayant servi aux multiples préparations.
Souvent, mêlés à de la poudre de vipère, on disposait ainsi d’une thériaque
ophidienne omnipotente !
Les voies d’administration étaient multiples : ingestion, lavement,
inhalation. Fumigations
ou inspirations des vapeurs de préparations volatiles étaient courantes.
Ainsi fut d’usage très répandu, dès le pré moyen age, l’éponge soporifique. Son application
sur la bouche et le nez du patient entraînait un rapide état d’ébriété
profonde permettant le geste salvateur mais douloureux sans ce préambule.
Ces mélanges de drogues tels l’association d’opium, de mandragore et
de jusquiame, étaient conseillés par Dioscoride (40 – 90). Galien (131-201)
soulignait le bien-fait des suppositoires à l’opium, malaxés à la laine
de mouton pour leur mise en forme.
Et pourquoi subitement l’oubli apparent en occident de ces connaissances
avancées ? Sans doute par l’instauration d’un piétisme rétrograde,
de la perte de l’idée de rationalisme et de la dominance de superstitions
religieuses couvrant auprès des autorités ecclésiastiques un abîme d’ignorance.
La « douleur rédemptrice » fut servie au bon peuple naïf comme
une assurance d’accès au paradis.









Enfreindre ce principe en utilisant des techniques traditionnelles héritées
des anciens faisait courir un risque mortel. Combien de malheureuses femmes
appliquant les remèdes que leurs mères leur avaient légués terminèrent leur
carrière sur un bûcher !
Tout n’était cependant point perdu. Paradoxalement des religieux, moines
retirés dans des lieux de méditation, de pensée et souvent de pédagogie
conservaient méticuleusement les découvertes des générations anciennes.
Salerne, Dubrovnik possédaient des ouvrages et mémoires de grande qualité
dans leurs bibliothèques mais à usage très restreint !
La Renaissance allait-elle changer tout cela et permettre la libération
des connaissances scientifiques ? Les chercheurs ne manquaient pas
mais travaillaient sur le thème de l’analgésie de manière souvent clandestine.
Dans un autre domaine, Copernic en 1543 n’avait-il pas enfreint les croyances
de l’église, risquant de faire monter sur le bûcher purificateur Galilée,
adepte de sa conception, près d’un siècle plus tard ?
Philipus, Auréolus,Théophrastus, Bombastus, von Hohenheim, dit Paracelse
ou « doctor Opiatus », vantait en 1550 l’usage du Labdanum,
issu d’un ciste méditerranéen. Il chantait surtout les vertus de l’opium.
Il avait même expérimenté l’insensibilisation totale par inhalation de
vapeur d’ « eau blanche », cette molécule découverte en
1275 par Raymundus Lullius,
ou « oleum dulci vitrioli » comme l’avait appelé Valerius Cordus, savant botaniste
et chimiste, à qui on en devait la première synthèse. Cette médication
était obtenue par action de l’acide sulfurique sur l’alcool et s’avérait
très efficace chez … le poulet ! Il était donc le premier à avoir
utilisé ce que Wilhelm-Godefroy Froben appellera en 1734 l’éther et trois
siècles avant Morton !








D’autres techniques pouvaient apporter un soulagement relatif ou temporaire
permettant de passer un cap d’extrême douleur. Ambroise Paré
comprimait parfois les carotides de ses patients et profitait du coma
par hypoxie cérébrale pour réaliser le geste redouté mais salvateur. Deux
siècles plus tard, un chirurgien anglais, Moore, suivra ses traces.
En 1650, Thomas Sydenham
louait l’effet de l’opium « Sine illo manca sit, ac claudicat »
et mit au point la potion de Laudanum faite essentiellement de teinture
d’opium safrané et de clou de girofle.
User de ces moyens par compassion, oui, mais discrètement ! Nicolas
Bailly, chirurgien fut condamné en plein dix-septième siècle pour usage
d’analgésique au profit de ses patients !
Malgré le frein constant de l’Eglise, un siècle plus tard, en 1730, Albrecht
von Haller
administrait sa potion faite d’opium, de belladone et de jusquiame. Il
fallait savoir éviter les excès…
Enfin, en 1750, l’un des frères Hunter, John, découvrait l’effet du froid
et son blocage de la transmission douloureuse. Larrey en fera
l ‘expérience en 1812 dans les plaines de Russie !






Au terme du XVIIIème siècle, la découverte de nouvelles possibilités
s’accumulent dans la vieille Europe.
J. Pristley, honorable révérend,
épris de chimie mettait au point le protoxyde d’azote dont l’inhalation
générait un état ébrieux accompagné d’une insensibilité intéressante.
Sans doute une hypoxémie relative devait-elle majorer cet état au risque
d’endommager quelques neurones… La populace, encore confite en dévotion,
saccagea son laboratoire hébergé dans le château du lieu pour lui faire
comprendre l’aberration dans laquelle il s’égarait en quittant les saints
principes de la Bible. Son hôte, le comte de Shelbourne, châtelain de
Leeds dans le Yorkshire , lui fit comprendre que la collaboration
atteignait ses limites et il émigra aux Etats Unis où il mourut dans un
état d’aliénation complète.
Dix ans plus tard, Davy, l’homme de la lampe, utilisait
ce gaz à des titres thérapeutiques illusoires mais en nota l’effet analgésique.
Faraday travaillant dans le même laboratoire
en fit l’expérience pour calmer quelque rage de dent mais trouvait l’effet
des vapeurs d’éther plus efficace.
Dans la même période, Hickman devint le propagandiste de la
technique d’inhalation du protoxyde d’azote mais semait une douloureuse
ambiguïté en trouvant au dioxyde de carbone un effet comparable !
Ici aussi, l’hypoxie cérébrale devait jouer son rôle et l’acidose induite
par le gaz carbonique ne devait pas favoriser la fonction cérébrale. C’est
ce que comprit parfaitement Larrey qui remercia poliment Hickman après
une présentation à l’Académie Royale de Médecine où il pensait trouver
plus de chaleur qu’à Londres où il s’était fait huer vertement !







On en était là en 1826, et l’acte chirurgical s’exerçait toujours à la
manière d’une vivisection et bien sûr, sans asepsie !
Le chirurgien en renom, baron de l’empire, Alexis Boyer déclarait :
«Nous sommes arrivés au sommet de l’art médical où toute perfection
supplémentaire paraît douteuse ! »

Avec moins de suffisance mais avec conviction, Velpeau déclarait en 1839 :
« opérer sans douleur est une chimère qu’il n’est plus permis de
poursuivre »

Et lorsque, au nouveau monde, le miracle s’accomplit, Magendie ne
fut pas particulièrement inspiré en condamnant cette technique nouvelle :
«
Les gaz ont des effets perturbants sur le cerveau, c’est indéniable.
Mais de là à supprimer la douleur au point de permettre une opération,
il y a un monde. A mon avis, l’utilisation de ces procédés a même un côté
immoral et personnellement, je les réprouve entièrement ». C’était
pourtant en 1846 !
Les Etats Unis d’Amérique étaient un pays où l’aventure et le génie d’entreprise
s’avéraient souvent payants. Les acquis du vieux continent firent l’objet
d’essais audacieux de la part des médecins parfois isolés et confrontés
à la nécessité d’une gestualité thérapeutique souvent douloureuse et plus
ou moins bien maîtrisée quant à la durée des opérations.
En 1842, non loin de Jefferson, en Georgie, le docteur Crawford
William Long
, après avoir apprécié l’effet de l’éther au cours
de séances de « frolisch ether » réalise la première narcose
analgésique chez l’un de ses patients présentant deux tumeurs rétro cervicales.
Elles ne furent pas homologuées, le praticien n’ayant pas le temps de
terminer la rédaction de son rapport.
Les chirurgiens dentistes, confrontés également avec la torture des rages
de dents, prendront alors l’initiative.
Les « Laughing gaz party »
étaient très à la mode !
Horace Wells eut l’occasion
d’expérimenter sur lui les effets du gaz hilarant le protoxyde d’azote,
qu’un amoureux de la médecine, G. Q. Colton offrait à ses clients sous
une tente de cirque. En décembre 1844, Colton administre le gaz à Wells
jusqu’au début de la cyanose et son assistant, Riggs, en profite pour
lui extraire une molaire avariée…sans douleur. Wells réitère plusieurs
fois et devant le succès permanent quitte sa ville pour Boston où il propose
au chirurgien Warren d’appliquer sa méthode à la chirurgie générale. C’est
un échec. Wells ne s’en remettra pas.





Son collègue Morton qui l’avait introduit à Boston en fit son profit
et sur les conseils d’un chimiste de renom, Jackson, se familiarisa avec
l’usage de l’éther. Les succès rencontrés le poussèrent à relever le défi
d’une narcose en milieu chirurgical. Il fit une nouvelle proposition au
docteur Warren et le 16 octobre 1846, nous l’avons vu, celui-ci extirpa
une tumeur latéro-cervicale sans douleur chez le jeune Abbott. Le triomphe
fut à la hauteur de la découverte et Morton, fort avisé en affaire, sut
s’approprier tout le mérite de l’aventure. Il fallut quelque temps pour
s’apercevoir que le « Léthéon » que voulait faire breveter Morton
n’était autre que l’éther sulfurique !
Des rapports détaillés furent établis par d’illustres médecins, témoins
de la scène, tel les Bigelow père et fils ou le docteur Hartmann et furent
envoyés en Europe où ils furent accueillis sans enthousiasme extrême !
Il fallait la présence de témoins pour convaincre !
Le transatlantique « Arcadia » quitta Boston le 3 décembre
1846 et accosta le quai de Liverpool le 16 du même mois. Il y avait à
son bord un messager porteur d’une lettre de Bigelow au docteur F. Boot
de Londres, Edward Warren, neveu du chirurgien précité, porteur d’un appareil
d’ « étherisation » et le médecin du bord le docteur
W. Frazer très excité de convoyer une telle mission.
Pourtant à Paris se trouvait déjà un jeune chirurgien américain, mis
au courant de la technique, le docteur W. Fischer, que son maître Ware, envoyait
à Velpeau !
Antoine, Joseph Jobert dit « de Lamballe »
dans le service duquel travaillait Velpeau ne fut pas conquis par les
premières tentatives du 16 décembre pendant qu’à Londres, les premières
extractions dentaires réalisées chez Boot entraînaient l’adhésion de Liston.
Quelques jours plus tard, Liston et Hartmann réalisaient une amputation
de jambe avec plein succès chez le patient F. Churchill en présence du
docteur Reynolds.
A Paris le docteur Malgaigne, que
l’on disait plus prompt de la plume que du bistouri, forçant le destin,
faisait réaliser cinq narcoses dont trois parfaitement réussies et courait
les publier à l’Académie de Médecine dès le 12 janvier 1847.
Les choses s’accélérèrent alors et le 31 janvier, le professeur J. V. Corbet
assisté du dentiste Petey, réalisait ce qu’il était convenu d’appeler
depuis le 21 novembre 1846 une « anesthésie à l’éther » inaugurale
à Besançon.
Pour la suite : voir « La première anesthésie à Besançon »
dans la rubrique « Un peu d’Histoire » .





Sources :

Georges Arnulf : « L’histoire tragique et merveilleuse de l’Anesthésie
» 1989 Lavauzelle.
Maurice Bariety et Charles Coury : Histoire de la Médecine, 1963,
Arthème Fayard
Georges Becker : Plantes toxiques. 1984 Gründ edit.
Jacques Borgé et Nicolas Viasnoff : Archives des métiers.
Les médecins 1995: Ed. Michèle Trincvel
Pierre Delaveau : Histoire et renouveau des plantes médicinales,
1982, Albin Michel.
D. Rossignon : Arrivée de l’éther en France, Club de l’Histoire
de l’Anesthésie et de la réanimation. V° réunion
scientifique, 20 septembre 2001.
Kenneth Walker : « Histoire de la Médecine » dans
Marabout université, 1962, Gérard & C° Verviers
Une photographie du site « Ars Medicinae et l'art de guérir
au Moyen-Age ».
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71413
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109684
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: musee de la medecine   Ven 5 Fév 2010 - 19:16

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
 
musee de la medecine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» musee de la medecine
» Ratée de medecine
» fac d'economie ou medecine en ukranie?
» MEDECINE EN RUSSIE
» ENSA KENITRA OU MEDECINE RABAT ? Que choisir?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MAISON TRANQUILLE  :: Un médicament !sos! :: maladies solutions :: votre sante-
Sauter vers: