LA PETITE MAISON TRANQUILLE
Bienvenue à vous dans la petite maison tranquille

forum sur les inventions et liens divers :
bonne route à vous !
ici c'est comme un dictionnaire , les liens sont prit sur des magazines ect !!!
MOT CLÉ
invention, liens, divers, comme, papi, enfants, découvertes, inventions, humours, découverte, jeux, année, 2008, début, téléphone, exemple, , . quiz , liens ,divers , le saviez vous, pourquoi , dit papi ; planet, poèmes, citation, vrai ,faux ,abcd, invention, informatique , juridique,images liens , cuisine liens , astuces livres; cadeaux , emplois liens ,voyages..science , découverte, brocante liens...tout le monde en parles . musique liens; cinéma liens ... actualité ...les inventions concours l’épine ... ,
2012
Bonjour.
 2. 你叫什么名字?
Nǐ jiào shénme míngzi?
Comment t’appelles-tu ?
 3. 这是我的名片。
Zhè shì wǒ de míngpiàn.
Voici ma carte de visite.
 4. 好久不见。
Hǎojiǔ bújiàn.
Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus !
fleur

LA PETITE MAISON TRANQUILLE

INVENTION INVENTEUR INVENTION
 
AccueilportailÉvènementsFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 B-L'Animal et la religion : Diable et Démon

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74423
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113340
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Ven 27 Nov 2009 - 17:00


Les animaux mythiques

Mythiques ou réels, les animaux sont nombreux dans l'art gothique et l'art roman.
Ils illustrent des forces naturelles ou des vices humains.
L'homme a inventé des animaux fabuleux dont on croyait d'ailleurs à l'existence.
Par exemple, on a longtemps cru à l'existence du griffon, un mélange d'aigle et de lion.
Cet animal satanique, légué à l'Occident par les Byzantins, gardait les tombeaux.
Il est souvent représenté sous forme de gargouille sur les églises.

Le Dragon remonte à l'Antiquité.
Les Vikings le sculptaient à la proue de leurs drakkars.
La chrétienté a assimilé le dragon au diable.
Sa gueule, grande ouverte, et lançant des flammes figurait l'entrée de l'enfer.
En lui plantant une épée dans le corps, l'ange ou le héros pouvait acquérir sa puissance brute.
A ce titre, il est percé par la lance de Saint Georges, l'archange patron des chevaliers.
Par contre, en Chine, il se révèle comme étant le symbole de la spiritualité.

On peut également citer la chimère qui crache du feu , monstre
diabolique à tête de lion, au corps de chèvre et à la queue de dragon.
Le centaure, mi-homme, mi-cheval, est issu de la mythologie grecque.
Il symbolisait la puissance animale liée à l'intelligence humaine.
Le phénix est censé renaître de ses cendres symbolise la résurrection du Christ. Il symbolise aussi la chasteté des femmes.
Les animaux imaginaires ne sont pas tous dépourvus de fondement
zoologique. Par exemple, la sirène est née de la découverte de phoques
et de lamantins par des marins.
Ces animaux vaguement aperçus ont provoqué des recompositions imaginaires.

Le Béhémoth et le Léviathan

La découverte des premiers orangs-outans au début du 17e siècle a provoqué la naissance des satyres et des hommes singes.
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74423
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113340
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 31 Jan 2011 - 23:37

bravos
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74423
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113340
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 7 Fév 2011 - 15:26

ok
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74423
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113340
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 7 Mar 2011 - 21:01

j'avais déjà fait un post dessus, mais je ne le retrouve pas donc:


La
reflexelogie par les cristaux peut tout à fait être pratiquée sur les
animaux. Ces derniers adorent ces séances de massages et ressentent
instinctivement tout le bénéfice qu'ils vont en tirer,
de manière générale, il peut être très utile de décharger votre animal de l'ensemble des pollutions énergétique qui l'affectent.
Pour
ce faire, il suffit de passer la pointe ou l'arrondi d'un baton de
soin, sur le haut du crâne de l'animal, si possible commencer entre les
yeux puis remonter jusqu'au sommet de la tête, avant de redescendre le
long de la colonne vertébrale, jusqu'a la racine de la queue.

pour
un chien, vous pouvez appliquer l'arrondi du baton de soin sous les
coussinets, cela est très utile si votre animal vit en appartement, ses
points reflexes sont rarement stimulés par les pierres, l'herbe, et les
arbres.

je conseilles la sodalite, pour les chiens, chats, cochon d'inde, ainsi que le quartz rose, et l'améthyste.

pour
les maladies de peau des poissons d'aquarium, placer dans le fond de ce
dernier, quelques pierres d'aventurine verte et laisser agir

les pierres, fonctionnent sur le stress de l'animal, ainsi que sur les problèmes de peau

(je vais vous poster une séance, pour mieux comprendre)






batons de soins, en jaspe rouge, sodalite et aventurine verte.



Blanche en pleine séance







Blanche très zen aprés sa séance, qui se repose auprés de sont quartz rose
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74423
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113340
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 7 Mar 2011 - 21:02

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
carole

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12030
Localisation : france
Emploi/loisirs : la boxe
Humeur : bonne
Réputation : 4
Points : 16990
Date d'inscription : 18/01/2010

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Dim 21 Aoû 2011 - 20:50

Revenir en haut Aller en bas
http:// http://vivreavecsamaladie.forumactif.org/index.htm
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74423
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113340
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Jeu 20 Oct 2011 - 19:46

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74423
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113340
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Jeu 20 Oct 2011 - 19:47

:Razz:
Amphibiens
Lézards
Serpents
Tortues
Alimentation
Comportement
Maladies et soins
Génétique
Reproduction
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 17:58

Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:43

Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:44

Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:46

direction

La représentation animale dans l'art médiéval est riche à la fois par la diversité des formes artistiques et la diversité des animaux représentés, qu'ils soient réels ou imaginaires. Les représentations médiévales sont grandement influencées par le christianisme : les représentations animales sont décoratives, mais surtout symboliques. Les animaux représentent la Création, le Bien et le Mal, Dieu ou le diable. Ils s'épanouissent dans les églises, sur les vitraux ou les pavages, seuls media d'apprentissage pour l'illettré qui compose la majorité de la population médiévale[1]. Ainsi, on retrouve les animaux sculptés sur les chapiteaux des églises ou les plaques d'ivoires, peints dans les enluminures des manuscrits ou dans des fresques des églises, ainsi que dans des œuvres d'orfèvrerie, les tapisseries et les vitraux.

L'interprétation des animaux représentés est complexe. En effet, il arrive que les animaux soient difficiles à identifier ou qu'un même animal ait plusieurs symboliques, parfois même opposées, comme le Lion symbole du Christ mais aussi de l'antéchrist.
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:49




L'animal au Moyen Âge[modifier]L'art du Moyen Âge est principalement un art sacré qui reflète la relation privilégiée entre Dieu et l'homme, créé à son image[2]. L'animal soumis et imparfait apparaît souvent confronté ou dominé par l'homme, mais un deuxième courant de pensée issue de Saint Paul et d'Aristote qui se développe surtout à partir du XIIe siècle inclus dans la même communauté des créatures vivantes l'animal et l'homme.

Durant l'ère chrétienne, l'attachement de l'Église à faire disparaître le paganisme entraîne un renouveau de l'art symbolique. Les représentations de l'art roman sont toujours bizarres et effrayantes et reflètent le faible lien unissant l'homme et l'animal à cette époque. L'animal devient une allégorie, par exemple la colombe représente la paix[3].

Créature de Dieu, l'animal aide l'homme à interpréter le monde, d'où un rôle symbolique et moralisateur, particulièrement représenté dans les bestiaires et les volucraires. Puis à partir du XIIIe siècle, les encyclopédies se développent, en partie suite à la traduction des œuvres d'Aristote. L'animal a sa place dans ces inventaires qui se défont peu à peu des moralisations, et certains développent des aspects pratiques pour l'élevage des animaux.

De fait l'animal est très présent dans la vie du Moyen Âge, comme en témoignent les représentations des mois dans les livres d'heures mais aussi les contes, fables et satires, comme le Roman de Renart ou le roman de Fauvel.
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:51



L'histoire chrétienne des animaux commence par leur création décrite dans la Genèse. Dans le premier récit de la Genèse, Dieu crée les animaux comme ornementation du monde avant de créer l'homme et la femme à son image. Les poissons de la mer et les oiseaux du ciel sont créés le cinquième jour, suivis par les bêtes de la terre au sixième jour[4].

Dans le second récit de la Genèse, Dieu destine les animaux à aider l'homme[4]. Adam nomme les animaux, asseyant ainsi sa supériorité[5].

Le jardin d'Eden
L'arche de Noé
L'apocalypse
homme créé à l'image de Dieu opposé à l'animal
communauté d'êtres vivants (Aristote), animal créature de Dieu, procès faits aux animaux [6]
compagnon du saint, Légende dorée, Miroir historial de Vincent de Beauvais[7]
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:53



Bestiaires, Aviarum
Encyclopédies
Pour décrire la faune, l'homme du Moyen Âge accorde plus d'importance à l'allégorie et à la symbolique des animaux qu'à l'observation. La transmission des connaissances se fait par l'intermédiaire des auteurs anciens qui font autorité. Vers le XIIe siècle, on voit apparaître dans les bestiaires anglais une première taxinomie qui distingue les quadrupèdes, les oiseaux, les poissons et les reptiles. Ensuite, à partir du XIIIe siècle, les notions de science et d'histoire naturelle commencent à se développer[8]. Ainsi l'empereur Frédéric II ose remettre en cause Aristote et utilise l'observation et l'expérimentation pour élaborer son traité de fauconnerie, De arte venandi cum avibus[9].

Dans les descriptions la distinction entre animaux familiers et sauvages, communs ou exotiques, animaux réels et imaginaires n'entre pas en compte[8]. De fait, l'existence même des animaux, en particulier de ceux qui figurent dans la bible comme le dragon ou la licorne, ne sera remise en cause que beaucoup plus tard : Edward Topsell les fait encore figurer dans son History of Four-Footed Beastes (1607)[10]. De plus, certains animaux exotiques comme le crocodile peuvent avoir été familiers des auteurs antiques (le Physiologos source des bestiaires a été écrit près d'Alexandrie) tandis que le lion, par sa présence dans les ménageries est beaucoup moins exotique qu'on pourrait le penser[réf. nécessaire].

La liste des animaux connus au Moyen Âge comprend un certain nombre d'êtres hybrides tels les sirènes, les centaures[11] ou encore le Bonnacon, cheval à tête de taureau avec des cornes de bélier[12]. Par la présence de nombreuses chimères, la représentation animale va même au-delà des espèces nommées, comme par exemple sur le portail septentrional de la cathédrale de Rouen ou sur une centaine de créatures ne semblent pas correspondre à une espèce connue[11].
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:55




Au Moyen Âge, le lion tient son titre de roi des animaux à la fois de la bible et d'un héritage gréco-romain comme en témoignent les écritures, les fables, les encyclopédies et les bestiaires[21]. Le lion est habituellement identifiable à sa queue et à sa crinière, il arrive qu'en tant que roi il soit couronné[22]. De fait, le lion est clairement associé à la royauté médiévale au travers du surnom de Richard Cœur de Lion de Richard Ier d'Angleterre[23].

noblesse
Geoffroy de Plantagenet, héraldique
Dans l'Ancien testament, le lion est confronté à l'homme à trois occasions : tué à mains nues par Samson, un essaim d'abeilles s'installe dans son cadavre[24], terrassé par David pour protéger son les brebis de son père[25] et dans la scène de Daniel et la fosse aux lions[26].

Le combat de Samson contre le lion s'interprète comme la victoire du Christ contre Satan. C'est une scène souvent représentée au Moyen Âge, par exemple sur le tympan d'églises sous forme de bas-relief, sculptée sur les chapiteaux, dans les manuscrits enluminés ou encore sur le retable émaillé de Nicolas de Verdun créé pour l'Abbaye de Klosterneuburg. La scène de Samson recueillant du miel dans la gueule du lion mort figure sur le chambranle sculpté de style wiligelmique de l'Abbaye de Nonantola, le lion devient alors un symbole christique[27].

La scène de David jeune berger fait figurer le lion ou l'ours. La version avec le lion figure par exemple sur la lanterne de Bégon du tésor de l'abbatiale de Conques[28] et fait partie des quatorze illustrations en pleine page du Psaultier de Paris, manuscrit byzantin du IXe siècle[Note 3].

Daniel dans la fosse aux lions, parfois seulement intitulée « Daniel entre les lions » est une scène souvent représentée. Elle figure sur un un chapiteau wisigoth du VIe siècle de l'Église de San Pedro de la Nave, dans de multiples églises romanes[29] et sur le portail de l'église Saint-Trophime, à Arles.

L'image du lion peut se faire plus terrifiante illustrant le Psaume 22, verset 21 « Sauve-moi de la gueule du lion », ainsi on trouve des sculptures où des lions dévorent des hommes[30] comme par exemple sur le portail de la Cathédrale Sainte-Marie d'Oloron[31], une autre connotation négative lui est associée par un passage de Pierre faisant référence à Satan qui déambule tel un lion cherchant une proie à dévorer[32]. Le Psaume 91, verset 13 « Tu marcheras sur l'aspic et le basilic, tu piétineras le jeune lion et le dragon » est à l'origine de la figure du Christ marchant sur les animaux (en), comme par exemple sur le diptyque de Genoelselderen[33] ou le Christ bénissant du portail de la cathédrale d'Amiens[34].


Enluminure représentant un lion sur des hauteurs, la naissance des lionceaux et la réanimation de ceux-ci par le père. Bestiaire d'OxfordDans le Physiologos puis dans les bestiaires, on affirme que le lion peut dormir les yeux ouverts, ce qui confia au lion un rôle de gardien qui se concrétise par sa présence à l'entrée d'églises ou de salles, comme sur le trumeau de l'abbaye Saint-Pierre de Moissac[31]. Les manuscrits enluminés représentent le lion selon les trois caractères fondamentaux donnés dans le Physiologos : il se tient en haut des montagnes, ses yeux sont ouverts même lorsqu'il dort[Note 4],[35], il ramène ses lionceaux nés morts à la vie après qu'ils ont passé trois jours dans les limbes[31]. Cette dernière caractéristique l'associe à la résurrection : il a donc aussi un rôle de protection des hommes dans la mort est se retrouve ainsi au pieds de gisants[31].




antéchrist
zodiaque
Le lion est aussi dépeint à travers les images positives de saint Jérôme et son lion, du tétramorphe (lion de saint Marc)[3]. Le lion ailé est très représenté à Venise : il en est le symbole, et la légende attribue à la ville de garder la dépouille de saint Marc[35]. Ainsi, le lion revient très souvent dans les églises catholiques car il représente la force du croyant combattant le péché, et dans les objets : bracelets en patte de lion, siège épiscopal sculpté à l'effigie du lion, sur le socle des chandeliers, les portails d'église[35]…
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:56



Le cerf, ennemi du serpent[modifier]Le cerf était réputé tuer les serpents, ce qui en fait évidemment un animal christique. De plus, ses bois qui tombent et repoussent chaque année l'associent à la résurrection. Au cours du Moyen Âge, la chasse au cerf devint la chasse noble par excellence du fait de la déchéance de l'ours.

L'ours, roi déchu[modifier]
Représentation du Diable sous forme d'ours dans un lectionnaire bavarois, vers 1260-1270.Article connexe : Ours dans la culture.
Nous savons que l'ours était célébré et vénéré durant l'Antiquité et le haut Moyen Âge, notamment par les celtes et les germano-scandinaves : les autorités chrétiennes se sont donc efforcées de lutter contre ces cultes animistes en s'attaquant à la symbolique de l'ours qui, de roi des animaux, passa au statut de bête balourde, idiote et domptée au cours du XIIe siècle[36]. Cette dépréciation de l'ours passa par la lutte physique contre l'animal et les fêtes qui lui étaient dédiées, mais aussi, et surtout, par l'hagiographie et les représentations. En effet, l'hagiographie abonde d'exemples où des saints apprivoisent des ours, tels saint Blaise, saint Colomban et saint Gall. Tous avaient pour fonction de lutter contre les cultes païens liés à l'ours[37]. Parallèlement et selon Michel Pastoureau, de nombreux théologiens médiévaux s'inspirèrent de saint Augustin et de Pline l'Ancien pour dresser un portrait diabolique de l'ours et le dévaloriser[38]. Ainsi associé au Diable, l'ours devint son animal favori ou l'une de ses formes. Dans l'iconographie chrétienne, le Diable possède souvent les pieds, le mufle et le pelage d'un ours[39]. L'apparence velue de l'ours et sa couleur brune devinrent un signe de bestialité diabolique[40], et l'animal se vit chargé de péchés capitaux[41].
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 18:57




Les premières licornes des bestiaires médiévaux ressemblaient rarement à un cheval blanc, mais plutôt à une chèvre, un mouton, une biche, voire à un chien, un ours et même un serpent[42]. Elles étaient de couleurs variées, y compris bleues, brunes et ocre, avant que la couleur blanche et la forme torsadée de la corne ne se généralisent[43]. Souvent confondue avec le rhinocéros, les descriptions des deux « animaux » se confondent dès Pline l'Ancien qui décrit que l'unicorne existe en deux variétés, l'une, très discrète, ressemble à une antilope ou à une chèvre avec une unique corne sur le front, l'autre est un animal énorme incapturable, avec une peau très dure[44]. La généralisation de sa forme à la fois caprine et chevaline et de sa couleur blanche serait le résultat du symbolisme et des allégories qui lui sont attribuées[45].


Jeune femme sauvage en compagnie d'une licorne, vers 1460-1467La licorne devient dès la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle l'un des thèmes favoris des bestiaires et de la tapisserie dans l'occident chrétien[46], et dans une moindre mesure, des sculptures. Deux séries de tapisseries représentant des licornes restent célèbres : La chasse à la licorne et La dame à la licorne.

La Chasse à la licorne est une célèbre série de sept tapisseries exécutées entre 1495 et 1505, qui représentent un groupe de nobles poursuivant et capturant une licorne. Cette série, probablement exécutée pour un commanditaire français (peut-être à l'occasion d'un grand mariage) par les ateliers de Bruxelles[47] ou de Liège[48], fut ensuite propriété de la famille de La Rochefoucauld, avant d'être achetée par John D. Rockefeller, qui en fit don au Metropolitan Museum, où elle se trouve aujourd'hui.

La dame à la licorne est une série de six tapisseries datées de la fin du XVe siècle et exposées au Musée de Cluny à Paris. Sur chacune d'elles, un lion et une licorne sont représentés à droite et à gauche d'une dame. Cinq de ces représentations illustrent un sens[Note 5] et la sixième tapisserie, sur laquelle on peut lire la formule « À mon seul désir » sur une tente, est plus difficile à interpréter[49].

Symbolisme[modifier]
La Licorne captive, Tapisserie de la série de La Chasse à la licorne, ateliers bruxellois (?)[47], vers 1500, Musée des Cloisters, Metropolitan Museum of Art, New York.On compte des centaines, voire des milliers de miniatures de licornes avec la même mise en scène inspirée du Physiologos : la bête est séduite par une vierge traitresse et un chasseur lui transperce le flanc avec une lance[50]. La « capture de la licorne » semble issue de la culture de l’amour courtois[51], liée au respect de la femme, aux loisirs délicats, à la musique et à la poésie[46] et toutes ces illustrations sont d'inspiration chrétienne, la licorne représentant la trahison envers le Christ, flanc percé par une lance comme dans l'épisode biblique de la Passion de Jésus-Christ[52]. Selon Francesca Yvonne Caroutch, la licorne figurerait la bête divine dont la corne capte l'énergie cosmique et féconde la madone dans les nombreuses « Annonciations à la licorne »[53].

Selon le dictionnaire des symboles, les œuvres d'art qui présentent deux licornes s'affrontant seraient l'image d'un violent conflit intérieur entre les deux valeurs de la licorne : virginité et fécondité[54]. À partir du XVe siècle, les hommes et les femmes sauvages deviennent fréquents dans l'iconographie[55] et la licorne est associée aux bêtes sauvages, parfois chevauchée par des sylvainss[56], bien que seule une vierge puisse la monter[42]. Cette idée selon laquelle la licorne ne peut vivre qu'à l'écart des hommes, à l'état sauvage et dans une forêt reculée dont on ne peut l'arracher, auquel cas elle mourrait de tristesse, sera reprise par d'autres auteurs bien plus tard, notamment par Carl Gustav Jung[57].
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 19:00




Issu de traditions celtiques et asiatiques, le dragon apparaît dès l'art paléochrétien. On le retrouve dans l'art byzantin, les icônes slaves, les gargouilles et les manuscrits enluminés[58].

Le dragon médiéval est un monstre malfaisant et hideux toujours associé au mal. Comme en latin, draco signifie à la fois dragon et serpent, le dragon est lié au serpent et en particulier au tentateur de la Genèse, qui a poussé Adam et Ève à gouter le fruit défendu[59]. Les encyclopédies médiévales le classifient donc comme un serpent[60].

Le dragon est représenté sous diverses formes[61], le plus souvent avec deux pattes griffues, une longue queue de reptile et parfois des ailes, voire plusieurs têtes[60].

Dans l'apocalypse, Saint Michel et ses anges combattent le dragon :

« Et il y eut un combat dans les Cieux ; Michel et ses anges affrontèrent le dragon... et le grand dragon fut terrassé, le Serpent des Anciens, celui que l'on nomme Diable ou Satan[62] »

Le dragon est terrassé par de nombreux saints dans des combats qui symbolisent le triomphe du Bien sur le Mal, voire la victoire du christianisme sur le paganisme. Ainsi, dans certaines versions de Saint Georges et le dragon, le saint n'accepte de tuer le monstre que si les villageois se font baptiser. Dans la légende de Sainte Marguerite d'Antioche, le dragon qui avale la sainte et dont elle sort intacte grâce à une croix est le Diable.

Sainte Marthe se sert d'eau bénite pour maîtriser un dragon[62], la tarasque, dragon à six pattes qui selon la légende dorée donne son nom à la ville de Tarascon.

Le griffon[modifier]Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Le cheval[modifier]Article connexe : Cheval au Moyen Âge.
Le cheval fait partie des animaux du quotidien au Moyen Âge. Il est l'attribut des chevaliers et fait l'objet d'un vocabulaire spécifique : palefroi, destrier ou roncin désignent des types de chevaux aux utilisations diverses. Depuis l'Antiquité, des chevaux merveilleux tels que Pégase peuplent les contes et légendes. Au Moyen Âge, les héros de chanson de geste montent des chevaux-fée tels que Bayard ou des palefrois exceptionnels, aussi beaux qu'intelligent qui servent l'amour courtois[63].
20 Articles de qualité sur les créatures légendaires[modifier]Petit peuple : Fée - Fées de Cottingley - Lutin - Nain
Chevaux : Bayard - Cheval Mallet - Cheval Gauvin - lou Drapé - Pégase (mythologie) - Chevaux légendaires dans le Jura - Chevaux légendaires du Pas-de-Calais - Veillantif
Morts-vivants : Vampire - Fantôme de Cock Lane
Hybrides et chimères : Hippalectryon - Hippogriffe
Autres : Corne de licorne - Incube
17 Bons articles sur les créatures légendaires[modifier]Petit peuple : Bugul-noz - Lamina - Pillywiggin
Serpents et dragons : Lindworm
Chevaux : March Malaen - Helhest - Cheval dans la mythologie nordique - Grani - Sleipnir - Gullfaxi - Svadilfari
Hybrides et chimères : Licorne - Péritio
Loups et bêtes dévorantes : Lycanthrope - Bête du Gévaudan
Créatures lacustres : Champ
Auteurs et spécialistes : Pierre Dubois
http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Cr%C3%A9atures_l%C3%A9gendaires




Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 19:11

Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 19:12

:I love you:


Le 21 décembre 2012 est effectivement une date importante pour la civilisation Mayas, mais elle ne signifie "que" la fin de leur premier cycle d'années. En réalité, la fin du monde a été prévue dans 72 milliards de milliards de milliards d'années!

Le mythe du 21 décembre 2012 vient de s'effondrer pour les superstitieux. En effet, David Stuart, le célèbre épigraphiste américain de l'Université du Texas à Austin est le spécialiste des systèmes de numérotation des Mayas. Ainsi comme nous l'explique Le Monde, il a recalculé la date à laquelle les Mayas ont prévu la fin du monde.C'est grâce à des calculs mathématiques délicats refaits par le chercheur américain que la vérité a été trouvée.
Petite précision avant de commencer, le calendrier mayas n'est pas linéaire et fonctionne par un système de cycles imbriqués, tous d'une longueur variable, le premier dure 52 ans.
Les deux calendriers
Ne prenant en compte que 260 jours dans le premier (Tzolk'in), un second (Haab) comptait 18 mois. Explication : au lieu d'avoir une semaine de sept jours, comme nous, les semaines mayas comportaient vingt jours (Imix, Ik', Ak'bal...) qui étaient numérotés de 1 à 13. Ce qui, de façon évidente, n'est pas très logique. Ainsi, pour obtenir un tour complet et pouvoir numéroter les vingt jours, ils multipliaient 13 par 20 pour obtenir un nombre correct. Et les dates s'inscrivaient jour/ nombre. Exemple : 1 Imix, 2 Ik', 3 Ak'bal...
Le second calendrier (Haab) comportant 18 mois (Pop, Wo, Sip, Sotz'), chaque mois comportait 20 jours. Et pour que le calendrier se terminait en même temps que le cycle solaire, cinq jours étaient ajoutés.
Deux premiers cycles : un court et un long
Les deux calendriers rassemblés, formaient un cycle court de 52 ans. A l'inverse, un deuxième cycle plus long, divisait le temps en 5 unités emboîtées : K'in ( jour), Winal (période de vingt jours), Tun (période de 360 jours), K'atun (7200 jours, 20 Tun) et Bak'tun (144 000 jours, 20 k'atun). Le commencement du cycle long est daté du 13 août 3114 avant l'ère commune, or il comporte que 5125 ans, soit 13 Bak'tun. Ce qui signifie que sa fin est proche. Il y a donc deux comptes : un court qui englobe les deux calendriers et un long qui utilise 5 unités de mesurent emboîtées. C'est ainsi que l'on comprend comment les mayas écrivaient les dates.
Le Monde donne un exemple : "La naissance de K'inich Janab Pakal, grand roi de Palenque (Mexique). Dans notre calendrier, il est né le 23 mars 603 après J.-C. Cette date tombait - accrochez-vous encore un peu - "8 Ahaw" dans le tzolk'in et "13 Pop" dans le haab. Et dans le compte long, elle s'écrivait comme l'écoulement de 9 bak'tun, 8 k'atun, 9 tun, 13 winal et zéro k'in (soit un total de 1 357 100 jours), après une date-origine qui marque le début de ce cycle long. Si bien qu'en définitive cette date s'écrivait en juxtaposant les notations des comptes long et court : "9.8.9.13.0 - 8 Ahaw 13 Pop" ".
La fin du monde
Mais parce que deux cycles ne suffisent pas, les Mayas en avaient un troisième : le "grand compte long qui comporte 19 unités de temps supplémentaires" au compte long, explique David Stuart. Donc si le 21 décembre 2012 est bien inscrit au calendrier Mayas comme une date importante c'est parce qu'il marque la fin du cycle long, il reste le "grand compte long" qui lui durera 72 848 437 894 736 842 105 263 157 200 années solaires, soit "plus de 72 milliards de milliards de milliards d'années". Autant dire que l'humanité a encore du temps devant elle!
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 19:15

:soleil:

L'Apocalypse en 2012 se transforme en véritable business au Mexique!!!


Le Département mexicain du tourisme veut surfer sur le concept de la fin du monde en 2012 pour lancer un business très lucratif à ce sujet.

Le département mexicain du Tourisme ne croît pas du tout à l'Apocalypse prévu par les Mayas en 2012, mais compte bien sur cette année pour investir pas moins de huit millions de dollars (6,2 millions d'euros) dans ce thème de fin du monde. La date de la "catastrophe" est prévue le 21 décembre 2012 par le calendrier de cette civilisation amérindienne. Une date qui coïncide avec le solstice d'hiver.

12 millions de touristes en plus

Ainsi, pas moins de 52 millions de touristes, dont 22 millions d'étrangers, selon Business Week, sont attendus pendant la durée du plan, qui s'étend sur un an et demi. Cela représenterait 12 millions de personnes de plus par rapport au nombre habituel de visiteurs et un revenu potentiel de 14,6 milliards de dollars supplémentaires. Environ 500 événements, ateliers et festivals dans la thématique maya sont déjà prévus tout au long de cette année.

Les villes et villages de la région maya ont déjà commencé le compte à rebours. A Tapachula, à la frontière du Guatemala, on a d'ailleurs installé une horloge numérique de plus deux mètres pour l'occasion. Sur le site archéologique voisin d'Izapa, les touristes peuvent voir des prêtres mayas brûler de l'encens et entonner des prières et des chants. Sur la côte caraïbe du Mexique, entre les stations de Cancun et de Playa del Carmen, les gens mettent des messages et des photos dans une capsule temporelle qui va être enterrée pendant 50 ans. Des prêtres mayas et des danseurs indiens accompliront un rituel lors de son inhumation. Et dans la région de Yucatan, au sud-est du pays, on accélère les travaux pour terminer le Musée maya de Merida d'ici l'été prochain.

" Un message d'espoir "

Surtout, les promoteurs de ce projet croient davantage au début d'une nouvelle ère plutôt qu'à la fin d'un monde. Une opinion confirmée par Yeanet Zaldo, porte-parole du tourisme pour le secteur des Caraïbes de Quintana Roo à Cancun, qui s'appuie, selon la même source, sur les conclusions des autorités archéologiques qui pensent que la prédiction maya annonce plutôt un nouveau cycle: " Ce n'est pas la fin d'un monde mais le début d'une époque. Pour nous c'est un message d'espoir. " 
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 19:15

:amour :
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 19:25

https://youtu.be/HU9EVjAlZUk



Dans la mythologie grecque, la chimère est une créature fantastique, composée de plusieurs animaux. Elle est généralement décrite comme ayant une tête de lion, un corps de chèvre et une queue en tête de dragon, crachant du feu et dévorant les humains.

Fille de Typhon et d'Échidna, elle ravageait la région de Lycie (en Asie mineure), quand le héros Bellérophon reçut du roi Iobatès l'ordre de la tuer. Il y parvint en chevauchant le cheval ailé Pégase.

La symbolique de la chimère est vaste et son nom a été repris pour désigner, dans un sens étendu, toutes les créatures composites possédant les attributs de plusieurs animaux ainsi que les rêves ou les fantasmes et les utopies impossibles.
Revenir en haut Aller en bas
MORIN-48
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 419
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : général et physicien
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 565
Date d'inscription : 07/03/2011

MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   Lun 6 Fév 2012 - 19:26

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: B-L'Animal et la religion : Diable et Démon   

Revenir en haut Aller en bas
 
B-L'Animal et la religion : Diable et Démon
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Animal de compagnie, en avoir ou pas ?
» Reprendre un animal
» Le regard d'un animal à grandes oreilles
» Car ils croyaient brûler le Diable en Normandie
» Château de Robert le Diable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MAISON TRANQUILLE  :: vos animaux liens divers :: vos animaux liens divers-
Sauter vers: