LA PETITE MAISON TRANQUILLE
Bienvenue à vous dans la petite maison tranquille

forum sur les inventions et liens divers :
bonne route à vous !
ici c'est comme un dictionnaire , les liens sont prit sur des magazines ect !!!
MOT CLÉ
invention, liens, divers, comme, papi, enfants, découvertes, inventions, humours, découverte, jeux, année, 2008, début, téléphone, exemple, , . quiz , liens ,divers , le saviez vous, pourquoi , dit papi ; planet, poèmes, citation, vrai ,faux ,abcd, invention, informatique , juridique,images liens , cuisine liens , astuces livres; cadeaux , emplois liens ,voyages..science , découverte, brocante liens...tout le monde en parles . musique liens; cinéma liens ... actualité ...les inventions concours l’épine ... ,
2012
Bonjour.
 2. 你叫什么名字?
Nǐ jiào shénme míngzi?
Comment t’appelles-tu ?
 3. 这是我的名片。
Zhè shì wǒ de míngpiàn.
Voici ma carte de visite.
 4. 好久不见。
Hǎojiǔ bújiàn.
Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus !
fleur

LA PETITE MAISON TRANQUILLE

INVENTION INVENTEUR INVENTION
 
AccueilportailÉvènementsFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Effets de sevrage du zoloftfleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Fleur

Administrateur/trice


Nombre de messages : 71388
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:50

cafe

http://www.psychotropes.info/furax/partie-1.html


ont se soigne et ont s'empoisonne la vie , personne ne vous dit que le sevrage , c'est pas une partie de plaisir , ne faite pas cela sans medecin !!
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:54

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:54

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:00

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:03

cinema


Emission: "La molécule qui rend fou"
Article sur le lien entre somnifère et décès
Quelles sont les séquelles après l'arrêt des...
Pause
Etape 2 B: Information à l'entourage
Etape 2 A: L'arrêt des médicaments
Etape 1: La pilule du bonheur n'existe pas
Les étapes qui mènent vers une vie sans médicament
3. Les antidépresseurs sont-ils efficaces?
2. Les antidépresseurs sont-ils efficaces?
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:04

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:07

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:08

:Neutral:

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:10

:Neutral:

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:13



Philippe Even sur l'industrie Pharmaceutique
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:15



80% des médicaments ne servent à rien.mp4
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:19

Philippe Even, médecin pneumologue français, explique les liens entre les Laboratoires Servier et le pouvoir politique.

Dans Les Grandes Gueules: http://www.rmc.fr/blogs/lesgrandesgue..
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:24

cafe

L’addiction, ou dépendance est, au sens phénoménologique, une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire. Le sujet se livre à son addiction (par exemple : utilisation d'une drogue, ou participation à un jeu d'argent), malgré la conscience aiguë qu'il a — le plus souvent — d'abus et de perte de sa liberté d'action, ou de leur éventualité.
L'anglicisme addiction est au sens courant souvent synonyme de toxicomanie1 et désigne tout attachement nocif à une substance ou à une activité.
Le terme d’assuétude, également noté bien que peu utilisé, a un sens similaire sans toutefois être aussi négatif (assuétude au chocolat mais dépendance à la cocaïne). Il complète la panoplie des termes français évitant l'usage de cet anglicisme à l'orthographe peu commune.
Les problèmes engendrés par une addiction peuvent être d'ordre physique, psychologique, relationnel, familial, et social. La dégradation progressive et continue à tous ces niveaux rend souvent le retour à une vie libre de plus en plus problématique.
En psychanalyse, le terme d'addiction est utilisé de manière plus large dans la mesure où il relève plus d'une attitude intrapsychique, d'un mécanisme, plutôt que des moyens pour y satisfaire. Des mécanismes parallèles peuvent intervenir dans les déterminants comme celui d'une anorexie mentale.
L'addiction se rapporte autant à des conduites telles que le jeu compulsif, la dépendance au jeu vidéo ou à Internet2, les conduites à risques ou la pratique d'exercices sportifs inadaptés entraînant un syndrome de surentraînement qu'à la dépendance à des produits comme l'alcool, le tabac ou les psychotropes.
Mais l'idée que l'addiction puisse s'appliquer à l'usage d'objets qui ne sont pas des drogues (comme les jeux video,l'internet...) pose un lourd problème, car toute passion peut alors être considéré comme anormale.
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:46

cafe
Les benzodiazépines
BBC Radio 4, à l'évidence,
diffusé le 16 Mars 1999

Une controverse médicale est étudiée comme
John Waite présente: Faire face aux réalités

JOHN WAITE: Cette semaine nous étudions une tragédie aux proportions croissantes causées par l'un des médicaments les plus prescrits dans le pays. C'est un médicament qui aurait dû être limité plus d'une décennie, mais est plutôt jeter son filet de plus en plus large. Pris pour acquis dans les maisons, il a également remporté la monnaie dans la rue où les jeunes n'est pas encore à l'école trouvent qu'il est pas cher et facilement disponible - parfois avec des conséquences effrayantes.

JEAN LAWSON: Je pensais que Léa était endormi. Je l'ai secoué et j'ai pensé qu'elle avait eu le rouge à lèvres blanc et j'ai ouvert les yeux, elle était si froide, et ... Je savais qu'elle était morte.

JOHN WAITE: Jean Lawson fille Léa n'avait que 13 ans quand elle est morte le mois dernier. Le cocktail de médicaments qu'elle a pris la nuit avant sa mort comprenait un médicament régulièrement et généreusement prescrits par les médecins.

SUSAN BIBBY: Médecins semblent être incapables de lire les mises en garde ou de prendre toute notification d'avertissements à tous. Maintenant, les enfants reçoivent le médicament et personne ne fait rien. C'est un véritable scandale, un scandale médical, quelque chose doit être fait et le gouvernement devrait être en prennent note.

JOHN WAITE: Susan Bibby de l'Benzact groupe de pression est elle-même un ancien toxicomane. Les médicaments dont elle parle sont les benzodiazépines, un groupe de tranquillisants et de somnifères qui incluent des noms familiers comme le Valium, Ativan et Mogadon. Ils ont d'abord été introduit dans cette arrière-pays dans les années 1960 et salué par la profession médicale comme une alternative sûre aux barbituriques connus pour être addictif et sur lesquels il était trop facile de surdoser. Bientôt les benzodiazépines ont été largement prescrits pour l'anxiété et l'insomnie résultant de quelque chose de deuil et le divorce à la redondance. Robert Kerwin est professeur de psychopharmacologie à l'hôpital Maudesley à Londres.

PROFESSEUR KERWIN: Les benzodiazépines ont été avec nous pendant environ 30 ans et ils ont décollé de façon spectaculaire. Il y avait des dizaines de millions de prescriptions certainement au Royaume-Uni et des centaines de millions de personnes dans le monde. Vous pouvez utiliser la métaphore du «leur donner comme des bonbons» - c'était presque comme ça, et ils ont été considérés panacaeas pour beaucoup de choses.

JOHN WAITE: Dans les premiers temps, les scientifiques ne comprennent pas exactement comment les médicaments travaillé, mais ils ne semblent pas être addictif et donc, pour la première fois, les médecins généralistes semblent avoir un coffre-fort et virtuels panacée, où ils ont commencé à prescrire largement. A l'apogée de leur popularité le nombre de prescriptions de benzodiazépines NHS atteint près de 31 millions par an - assez pour trois sur quatre adultes dans la terre pour être mis sous sédation. À l'époque, ni le corps médical, ni le gouvernement semblait préoccupé que de tels grands nombres de personnes ont été régulièrement étant donné ces grandes quantités -. Mais en début des années 70, certains experts ont commencé à avoir des doutes professeur Malcolm Lader , un consultant à l'Institut de psychiatrie, était une voix dissidente au début.

PROFESSEUR LADER: Qu'est-ce qui m'inquiétait était deux choses, d'une part, le nombre de personnes qui prenaient ces tranquillisants prescrits par leurs médecins généralistes et autres médecins, mais d'autre part et peut-être plus important encore, le nombre d'ordonnances répétées, qui est, les patients venaient retour, année après année et en demandant à leurs prescriptions à répétition. Souvent, ils n'ont même pas été voir le médecin, ils étaient juste obtenir une ordonnance écrite dehors, et qui a été préoccupante. Une telle utilisation chronique des médicaments connus pour agir sur l'esprit pourrait être un signal qu'il y avait un problème de dépendance.

JOHN WAITE: Mais quand le professeur Lader et d'autres éminents collègues ont exprimé leurs doutes, ils étaient dans l'ensemble rejeté. Les prescriptions ont continué à augmenter dans les années 80 alors même qu'il est devenu clair que les médicaments ont été également provoquer des effets secondaires non constatés antérieurement. Les effets secondaires qui comprenaient l'agoraphobie, anxiété, troubles de la vision et de la perte de mémoire. C'était un combat difficile, rappelle le professeur Lader, de convaincre le corps médical à mettre un frein à la prescription benzos.

PROFESSEUR LADER: Nous avons été jeter le doute sur le plus largement prescrit avec tous les médicaments. Ce fut une énorme industrie, de sorte que le secteur pharmaceutique se battaient en retraite d'un pouce pouce et de la profession médicale elle-même ne pouvait pas croire que ces médicaments que chaque médecin généraliste, tous les cliniciens prescripteurs a été si souvent, pour ces longues périodes de temps, qu'ils pourrait en effet être dangereux. C'est comme tourner un pétrolier en mer, tu dois y penser longtemps à l'avance. C'est une manœuvre très lourde pour tourner les principes généralement reconnus médicaux sur leur tête.

JOHN WAITE: Ce n'était pas jusqu'en 1988 que l'organisme gouvernemental chargé de conseiller les médecins sur les médicaments - le Comité sur la sécurité des médicaments - ont pris des mesures décisives. Il a émis un avertissement direct aux médecins de réduire leur consommation de benzodiazépines. Médecins généralistes ont dit de donner le seul médicament à des patients souffrant des épisodes extrêmes de l'anxiété ou de l'insomnie, et en même temps, pour essayer d'aider sevrer les patients qui avaient déjà devenus dépendants.

NARRATEUR: On a craint pendant de nombreuses années concernant la dépendance aux benzodiazépines. Une telle dépendance est de plus en plus inquiétante. Les symptômes de sevrage comprennent l'anxiété, tremblements, confusion, insomnie, convulsions et dépression. Il est important de noter que le retrait peut intervenir doses suivantes données pour de courtes périodes de temps. La dose la plus faible qui permet de contrôler les symptômes doivent toujours être utilisés. Il ne doit pas être poursuivie au-delà de quatre semaines.

JOHN WAITE: A cette époque, un groupe de 17.000 personnes qui étaient devenus dépendants de prendre des benzodiazépines, se sont regroupés pour agir en justice. Ils étaient déterminés à réclamer réparation pour les effets secondaires qu'ils avaient subies après avoir été involontairement accroché sur les médicaments leur sont donnés par leurs médecins. Lorsque l'aide juridique a été retirée mais l'affaire n'est jamais portées devant les tribunaux.

SUPPORT MEMBRE DU GROUPE: Je voudrais vous présenter un nouveau membre du groupe, je suis Brenda, je suis John, etc ..

JOHN WAITE: En l'absence de toute aide de la loi, au Centre communautaire Coldhurst à Oldham, dans le Lancashire, à long terme de benzodiazépines se réunissent pour se soutenir mutuellement dans leur lutte constante avec la toxicomanie.

MEMBRES DU GROUPE DE SOUTIEN:

1er membre: Et serait votre travail dépendent de la mémoire?

2ème membre: Oh oui, sans aucun doute, oui.

1er membre: Pourriez-vous le faire maintenant?

2ème membre: Non, parce que ça a affecté ma mémoire, mon cerveau.

John Waite: Il est estimé à moins de un million de personnes benzodiazépines prescrites dans les années 60 et 70 qui restent dépendants à ce jour. Ils souffrent débilitante physiques et psychologiques des effets secondaires: perte de mémoire, l'agoraphobie, la dépression, même, ironiquement, les mêmes symptômes pour lesquels ils ont été prescrits des médicaments: l'insomnie et l'anxiété. Au total, il ya 200 effets secondaires reconnus.

Entre eux, Brian, Millie et Alan ont été sur les médicaments pour un total combiné de plus de 70 ans, et pourtant, le Comité sur la sécurité des médicaments conseille médecins qu'au-delà de 4 semaines, les médicaments ne sont plus un traitement efficace.

MEMBRES DU GROUPE DE SOUTIEN:

1er membre: je suis allé chez le médecin et lui dit: «Est-ce qu'ils vous font perdre la mémoire" et il a dit "Non" Ma mémoire est allé vers le bas et vers le bas et vers le bas. Je ne me souviens pas ce que j'ai fait hier et je ne pense pas à demain. Il n'ya pas de demain, tout ce qu'il ya maintenant. Vous voyez que je peux dire à ma femme: «J'ai vu une telle journée t'other corps», mais elle dira: «Il ya quatre ans qu'il est mort», et je pense que c'est il ya quelques semaines que je l'ai vu. J'ai pêché pendant quarante ans - maintenant je ne peux pas attacher un crochet. Je voulais être un grand chef. Quand je travaillais, mes hobbies sont la cuisine, mais maintenant - je ne sais pas cuisiner.

2ème membre: J'avais l'habitude d'être un danseur et j'ai obtenu des médailles pour danser, mais je ne pouvais pas revenir à danser à nouveau et je me sens juste que je ne pouvais pas mélanger. C'est juste détruit ma vie sociale parce que j'étais très bien un mélangeur avant. Dans le travail, nous aurions une fissure et une blague et je vais voir des comédiens. Je aimait à répéter des blagues. J'ai pris des notes des blagues et des choses comme ça parce que j'ai aimé la socialisation. Je ne serai jamais la même personne que j'étais parce que je sens que j'ai été endommagé.

3e membre: Il a été un samedi soir, mon père m'a téléphoné et a dit: «Vous devez venir à l'hôpital avec ta maman, elle a fait une chute." J'ai fait une excuse en disant: «Je vais sortir, mais je vais vous donner un anneau en arrière pour voir comment elle est". Fondamentalement, je ne pouvais pas sortir de la maison. Mon fils qui avait 21 ans à l'époque a dû faire mes courses pour moi. Je ne pouvais même pas aller à la boutique du coin.

JOHN WAITE: Brian, Millie et Alan peuvent au moins se tourner vers l'autre pour fournir une sorte de soutien mutuel. Deux cents miles à Norfolk, Pamela, un archéologue professionnel fait face avec sa dépendance à la drogue seul. Comme ses compagnons d'infortune Pamela est classé plutôt crûment par l'établissement médical comme un «long terme, une consommation chronique».

PAMELA: Ce que l'on doit faire face, à un moment donné est que l'on est devenu un toxicomane - que l'on est allé à son médecin de confiance propre et a prescrit un médicament, sans avertissement et que l'on est devenu accro à ce médicament. Vous pouvez le dire en un seul vraiment, je me sens comme si moi-même, était à un certain moment - supprimé - j'ai peu à peu disparu. Ma personnalité a disparu progressivement.

JOHN WAITE: Comme tous les toxicomanes trop âgées de benzodiazépines Pamela pourrait bien rester sur les médicaments pour le reste de sa vie - non pas parce que les médicaments dont elle a été prise pendant des années sont à l'aider, mais parce que leurs effets secondaires deviennent vraiment angoissante en retrait. À l'Hôpital Maudsley depuis 30 ans, le professeur Lader a été d'aider les gens qui essaient de se sevrer libre.

PROFESSEUR LADER: Il est plus difficile de retirer les gens de benzodiazépines que c'est à partir de l'héroïne - il semble juste que la dépendance est tellement ancré et les symptômes de sevrage que vous obtenez sont si intolérable que les gens ont beaucoup de problèmes à se décoller. L'autre aspect, c'est que l'héroïne habituellement le retrait est terminée d'ici une semaine ou deux. Avec les benzodiazépines une proportion de patients passez à long terme le retrait et ils ont des symptômes très désagréables pour mois après mois et je reçois des lettres de gens disant qu'il peut se poursuivre pendant 2 ans ou plus. Certains de ces groupes tranquillisants peuvent documenter les personnes qui ont encore des symptômes de 10 ans après l'arrêt.

John Waite: Si des gens comme Brian et Millie dans le Lancashire et Pamela dans le Norfolk rester sur leurs médicaments jusqu'à un âge avancé, il ya des problèmes encore pires en magasin. Benzos augmenter le risque de chute, ou, par manque de concentration, être impliqué dans un accident de la route par exemple. Le mois dernier, un rapport de l'Organisation des Nations Unies a critiqué les pays européens, y compris la Grande-Bretagne, pour s'appuyer trop lourdement sur les benzodiazépines en particulier dans le traitement des personnes âgées. Même si, Charles Medawar du groupe militant médical, audit social, croit qu'il ya peu d'espoir de changement immédiat.

Charles Medawar: Le coût pour le NHS de la dépendance aux benzodiazépines n'est pas élevé. Le fait est que vous pouvez maintenir quelqu'un sur une prescription de benzodiazépines pour "pence par mois. Étant donné que de nombreux utilisateurs de benzodiazépines ont tendance à être des personnes âgées et de leur espérance de vie n'est pas si élevé, il n'y a aucune incitation à réduire les coûts en réduisant le degré de dépendance. Je n'ai aucun doute que si la dépendance aux benzodiazépines sont un problème très coûteux social, des solutions pourrait être et serait trouvé.

JOHN WAITE: Pour un grincement des services de santé au niveau des coutures, des benzodiazépines, compte tenu de toute leur ... [Pause dans l'enregistrement] ... Claire est devenue enceinte de son Georgina fille en 1989, plus d'une décennie après les fabricants de benzodiazépines avait expressément mis en garde les médecins de ne pas prescrire les médicaments pendant la grossesse. Vers les derniers stades de sa grossesse Claire avait eu mal au ventre et un médecin a recommandé un cours de Valium. Claire avait entendu des histoires inquiétantes et a refusé, mais quand elle a ensuite été offert «diazépam», car on lui a dit que c'était un relaxant musculaire, elle a accepté. Claire n'avait aucune idée de ces deux médicaments étaient une seule et même, ni que l'effet sur le bébé serait tellement horrible.

SOUFFLEUSE CLAIRE: Georgie était juste couché là, incapable de faire quoi que ce soit. Elle était en retrait et elle souffre des effets de la drogue. Je ne voudrais pas n'importe quelle mère à passer par ce que j'ai ressenti en regardant mon bébé, de voir qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas.

JOHN WAITE: A Arrowe Park Hospital de Liverpool Dr James Robertson voit des bébés qui naissent toxicomanes tout le temps. La plupart des mères sont héroïnomanes ou la méthadone, mais beaucoup trop de gens dépendent également de benzodiazépines. Dr Robertson est spécialisé en essayant d'aider, eux et leurs descendants, les jeunes victimes d'un médicament discrédité.

DR JAMES ROBERTSON: Les benzodiazépines provoquer un retrait plus important pour le nouveau-né que l'héroïne ou la méthadone. Quand un bébé se retire, ils ont un état d'irritabilité, ils sont hyper-sensibles, ce qui signifie qu'ils tremblements au moindre bruit, même si tranquille et ils pleurent avec un cri qui est très distinctif - il est beaucoup plus aigu et il est beaucoup plus d'un cri affligé comme si le bébé est dans l'inconfort. En fait, ils sont misérables, les bébés non réglées.

JOHN WAITE: Au cours de ses années de recherche Dr Robertson a découvert que ces soi-disant «bébés benzo 'vont souffrir douloureuse" dinde froide "contre les effets du retrait et auront besoin de soins intensifs pour un maximum de deux mois et demi après leur naissance. Les bébés plus longtemps même que les enfants nés de mères dépendantes de drogues dures illégales. La souffrance de l'enfant nouveau-né peuvent être graves, voire mortelles. Professeur Kerwin à nouveau.

PROFESSEUR KERWIN: Le fœtus en développement peut être congénitalement malformé, il peut avoir une crise cardiaque dans l'utérus. Nous savons aussi que le nouveau-né né à quelqu'un de prendre des benzodiazépines auront des difficultés à respirer et ils ont des muscles souples - ce que les médecins appellent une «poupée de son» et ils peuvent être trop froid parce que la régulation de la température, qui est si important pour un bébé, est perturbé.

JOHN WAITE: Que pensez-vous du médecin fait que certains de vos collègues, certains médecins sont encore prescrire ces choses aux femmes en âge de procréer, en effet aux femmes enceintes?

PROFESSEUR KERWIN: Eh bien, je pense que si un médecin est de prescrire des benzodiazépines à une femme enceinte, il faut vérifier son état indemnisation, car il est en fait illégale prescription.

JOHN WAITE: Qu'est-ce qu'on en fait le savez, professeur, sur les effets à long terme des benzodiazépines sur les enfants qui ont été exposés à pendant la grossesse - les effets à long terme?

PROFESSEUR KERWIN: C'est une question qui ne devrait probablement pas y répondre, car il ne devrait pas être un problème, dans le sens où il ne devrait jamais arriver, parce que les médicaments doivent jamais être administrés pendant la grossesse. Il est triste d'avoir à répondre à cette question mais la réponse à la question est très peu. Il ya très peu de recherches dans ce domaine, probablement parce que les chercheurs qui font ce genre de recherche n'avait pas réalisé qu'il y avait tellement de benzodiazépine prescription pendant la grossesse. On peut hasarder quelques conjectures quant à ce qui pourrait arriver de ce que nous savons sur la façon dont les médicaments agissent. Nous ne savons absolument certain que les principaux effets de ces médicaments sont d'amoindrir la vigilance. C'est pourquoi la conduite est si mauvais quand les gens prennent ces médicaments et de la mémoire - c'est pourquoi ces médicaments sont aujourd'hui des médicaments «viol», ils donnent l'amnésie.

Maintenant, si vous pouvez imaginer les effets d'un bébé - baisse de vigilance et d'amnésie, à une phase cruciale de développement, dans les premiers jours et les semaines, cela pourrait avoir de profonds effets sur les processus de développement pour le bébé. Théoriquement, cela conduirait à un certain nombre de troubles du comportement chez l'enfant plus tard, comme le trouble déficitaire de l'attention, des difficultés d'apprentissage, les syndromes d'hyperactivité. Il s'agit d'une affirmation théorique, mais c'est certainement quelque chose qui a besoin d'urgence la recherche.

JOHN WAITE: En d'autres termes exactement le même genre de symptômes qui Thrower Georgina (maintenant 10 ans) a fait la démonstration de toute sa jeune vie. L'état où elle a souffert de la naissance reste non diagnostiquée et elle nécessite un soin particulier à ce jour. Pédiatres à la recherche d'une réponse admettre que le fait lui-Claire mère a été prescrit des benzodiazépines pendant la grossesse ne peut être exclue.

SOUFFLEUSE CLAIRE: On m'a dit que ce serait bien Georgie dans 7 à 10 jours et le temps qui était du point de naissance - et nous voici dix ans plus tard et nous ne sommes pas le moins du bien - elle n'a pas la parole, elle est dans un fauteuil roulant, elle marche sur de courtes distances aidé, elle n'est pas en mesure de se tenir debout sur ses propres pas du tout - elle tomberait tout droit. Elle ressemble à une infirmité motrice cérébrale, mais elle n'a pas vraiment eu de paralysie cérébrale.

JOHN WAITE: Malgré les risques, cependant, un 25-30,000 estimés bébés chaque année sont nés de femmes qui utilisent les benzodiazépines. Aussi récemment qu'en 1997, le Comité sur la sécurité de la médecine se sont sentis obligés de publier un rappel urgent aux médecins d'éviter de prescrire des benzodiazépines pendant la grossesse et l'allaitement.

VOICE ACTOR'S: Les benzodiazépines traversent le placenta et il ya un risque d'effets indésirables chez le fœtus. Depuis benzodiazépines sont excrétés dans le lait maternel, il ne doit pas être administré aux femmes qui allaitent.

JOHN WAITE: Au moins un bébé est mort en buvant du lait par exemple et d'avertissement du Comité a continué d'inclure toutes les femmes en âge de procréer - ils doivent être informés des risques. Mais le Comité sur la sécurité des médicaments n'a pas compétence pour surveiller la prescription de ces médicaments et, comme nous l'avons découvert, les avertissements ont continué à être ignoré par certains médecins. Alors que des recherches sur ce programme, nous avons entendu des femmes dans leurs années de l'adolescence, les jeunes mères et les femmes de carrière »trente-quelque chose», qui ont tous été prescrit des tranquillisants et des somnifères sans être avertis des risques qu'ils exécutent. Dans tous les cas aussi, les femmes ont été à nouveau prescrit le médicament suffisamment longtemps pour devenir accro - il ne faut pas longtemps.

PAULA: Elle est partie d'une très brillante, fille sportive - un très intelligente, jolie jeune fille, dans presque recluse et elle a l'air malade tout le temps et elle dit qu'elle se sent mal tout le temps. Elle ne s'éteint pas, elle ne fait rien, elle n'a pas d'avenir, elle aucune perspective de carrière, elle n'est pas une vie.

JOHN WAITE: Dans un village minuscule Pennine, accroupi entre Saddleworth Moor Paula compte le coût de la dépendance de sa fille. Dernière Avril Susan a reçu le nitrazépam somnifère après avoir demandé à un médecin de l'aider à faire face à son aggravation dépression post-natale. Elle a reçu les ordonnances répétées et que le médicament a obtenu une prise sur Susan, sa mère Paula a remarqué un grand changement.

PAULA: Elle se contentait de se lever à l'heure du dîner, dont elle ne fonctionne toujours, assis autour de sa chemise de nuit toute la journée, ressemble à la mort réchauffé, elle perd son appétit, sa concentration est quasi nulle, elle oublie beaucoup. Quoi d'autre? Elle semble toujours être fatiguée et elle se plaignait de voir des ombres, ou, à l'occasion, elle se plaignait de voir les créatures traversent la salle.

John Waite: Les chiffres du gouvernement pour l'année 1997 - les chiffres les plus récents disponibles - révèlent que 16 millions de prescriptions par an sont encore en cours d'écriture pour les benzodiazépines. L'Institut pour l'étude de la toxicomanie estime que 1 à 7 personnes les prennent au moins une fois par an. Environ 1 million de personnes, (on estime), seront les prendre en continu tout au long de l'année avec un risque proportionnellement élevé de devenir dépendant. Si abondante que les fournitures sont benzos sont devenus une partie importante de la «scène de la drogue de rue» avec des jeunes de plus en plus d'expériences avec les drogues illégalement, maintenant couramment mis en vente par les concessionnaires. Ceux qui les essayer, en particulier en combinaison avec d'autres «plus difficile» la drogue, ne peut avoir aucune connaissance des risques mortels qu'ils courent en barbotant dans des "cocktails" de médicaments tels.

JEAN LAWSON: Je pensais que Léa était endormi, je l'ai secoué et j'ai pensé qu'elle avait eu le rouge à lèvres blanc et j'ai ouvert les yeux ... elle était si froide et je savais qu'elle était morte.

JOHN WAITE: A la fin de l'année dernière Jean Lawson a commencé à avoir ses soupçons que son 13-year-old daughter, Léa, avait été barboteurs avec des médicaments. Sœurs aînées Léa avait les deux médicaments utilisés et maintenant Jean craignait que Léa avait aussi obtenu dans la foule même mauvaise sur le domaine Nunthorpe à Grimsby où ils vivent.

JOHN WAITE: Quand avez-vous pensez que quelque chose n'allait pas?

JEAN LAWSON: Environ quatre mois, quand elle a commencé à fumer du cannabis, alors je pense que elle est allée sur le plus difficile des choses parce que je pourrais dire par les élèves, (je l'ai vu, je sais que les signes et tout). Leah a fait briser un jour et elle a dit qu'elle serait cesser de prendre tout - elle allait bien pendant un certain temps, mais c'était quand elle a commencé à nouveau.

JOHN WAITE: Sur la dernière nuit de la vie de Léa, sa mère était allée voir une de ses filles et d'autres, lorsque les deux rentrés chez eux le lendemain matin, Léa était mort. Une enquête a enregistré la cause de la mort comme un empoisonnement à la méthadone, mais l'enquête a révélé que, avec la méthadone Leah a également pris des quantités de deux benzodiazépines: nitrazépam et le diazépam. Dans la rue, ils ne coûtent que 25p par comprimé.

JEAN LAWSON: Je voulais simplement dévasté, je suis tellement engourdi et vide maintenant. Je suis assis et pleurer tous les jours - je suis tellement vide. Je ne peux pas dormir, je ne sais pas cuisiner, je ne vois pas, je suis juste regarder dans le vide la moitié du temps.

JOHN WAITE: Quel a été l'impact de la mort de votre fille ici sur la succession?

JEAN LAWSON: Tout le monde est choqué et triste, mais il n'y a rien aujourd'hui qui peut apporter de nouveau à moi Leah - Je souhaite qu'il y était, mais il n'y a rien.

John Waite: Les amis et les membres de la communauté locale sont encore sous le choc de la mort de Léa. Au Winteringham School, où elle fut l'élève 2ème année son directeur, Andrew Howlett, se souvient avec émotion Leah.

ANDREW HOWLETT: C'était une belle fille avec un grand sourire et une grande personnalité - elle était amusant d'être avec les enfants l'aimaient. Elle avait la capacité de faire rire les autres et elle a juste aimé être le centre d'attention. Elle était une jeune fille de 13 ans dans une école secondaire en Angleterre.

JOHN WAITE: Winteringham école est bien conscient de la tentation que les médicaments offrent aux jeunes impressionnables et ainsi en commun avec de nombreuses écoles, de nos jours, il exécute un programme spécial médicaments pour tous ses élèves. Comme les benzodiazépines sont devenus une partie intégrante de ce qu'on pourrait appeler les «ingrédients» de routine de la consommation de drogues, les adolescents apprennent à identifier le bleu révélateur, comprimés blancs et jaunes qui ils peuvent très bien être offert.

ANDREW HOWLETT: Une partie de notre programme est de fournir aux élèves des informations sur les noms argotiques. Des choses comme «œufs» et «gelées» et d'autres noms qui sont utilisés pour médicaments sur ordonnance thèses et bien sûr nous dire aux élèves ce qu'ils sont de telle sorte que quand ils tombent sur ces choses qu'ils peuvent identifier ce qu'ils sont et ce que les problèmes soient.

JOHN WAITE: les drogues sont maintenant une réalité de la vie en Grande-Bretagne. La semaine dernière, trois 9-ans ont été transportés à l'hôpital (leurs familles disent) après la prise de comprimés de benzodiazépine qu'ils avaient été offertes dans la rue. Un événement qui peut-être ne viendra pas comme une surprise pour le projet de loi Geere, l'inspecteur CID qui est chargé de l'enquête sur la mort de Léa Lawson. Un policier de 30 ans d'expérience, l'inspecteur-détective d'emploi Geere à Grimsby est de lutter contre la drogue et il a vu le problème des benzodiazépines se détériore progressivement. Inspecteur Geere et ses policiers arrêtent environ 10 trafiquants de drogue chaque mois et l'année dernière ils ont saisi des comprimés de benzo 1700. Etablissement dans sa voiture banalisée, se garer à une distance respectueuse, il peut jeter un oeil sur ce qui se passe dans les rues de la succession Nunthorpe, où Léa a vécu et où elle a acheté les médicaments qui qui ont conduit à sa mort. Il n'ya rien de spécial à propos de la succession et Grimsby est juste une sorte ordinaire de la ville. La tragédie liée à la drogue qui s'est passé ici aurait pu si facilement arriver n'importe où.

DI PROJET DE LOI Geere: Au cours des trois dernières années ou à peu près, il ya eu environ 40 décès - certainement nous en moyenne environ une fois par mois. C'est tragique, et ce qui est encore plus tragique, c'est que la grande majorité des décès que nous avons étudiés montrent une poly-consommation de drogues - en d'autres termes: l'héroïne, les benzodiazépines, le cannabis et l'alcool - tous utilisés ensemble. C'est là que réside le problème, que le mélange des médicaments, en particulier en utilisant les benzodiazépines, ainsi, fait quelque chose qui n'était pas fatal, fatale.

JOHN WAITE: Quel genre de choses seraient-ils traiter à l'intérieur et comment seraient-ils les décrire?

DI PROJET DE LOI Geere: Généralement les gens seraient traiter l'héroïne sur la plupart des domaines de la rue de Grimsby et de l'héroïne serait connu comme «brun» et je suis sûr que, pour la majorité du public, ce genre de terminologie serait perdu sur eux. Les gens ne pensent pas à le diazépam ou le nitrazépam en ce sens et qu'ils ne reflètent réellement ce que maman ou papa ou le mari ou la femme prennent généralement Mogadon ou le Valium et ce sont les choses mêmes dont nous parlons. Le niveau de la rue si les gens ont commencé à parler «bleus» ou des «vallées» ou «moggies», ce sont les mêmes choses dont ils parlent. Il ne serait pas juste peut-être être repris par les parents ou les grands-parents ou parfois même les enseignants.

JOHN WAITE: Eh bien, ils ont sorti de l'armoire de salle de bain dans la scène de la drogue?

DI PROJET DE LOI Geere: Malheureusement si.

JOHN WAITE: Pourquoi y at-il eu cette montée, où viennent-ils ces benzodiazépines?

DI PROJET DE LOI Geere: Ils sont prescrits par le médecin de famille pour tout ce que la maladie du patient peut avoir. Qu'est-ce qui se passe après, bien sûr, est par la cupidité propre de la personne, pour des raisons de mauvais usage des médicaments, quelle que soit, ils choisissent de les revendre ou de les fournir à d'autres personnes. Si nous pouvons développer quelque chose avec les médecins pour examiner la prescription après certaines dates - réduire la dose, ne pas répéter les prescriptions - qui pourrait être utile. Il convient de réduire la disponibilité des médicaments pour les jeunes, c'est pourquoi nous ciblons professionnels trafiquants de drogue, mais de réduire l'accessibilité, nous devons trouver d'autres moyens. Certes, recommandant une action volontaire par les médecins généralistes pourrait être une autre façon de couper vers le bas sur cette disponibilité.

JOHN WAITE: Quand nous avons approché le ministère de la Santé, le Royal College of General Practitioners, le Comité sur la sécurité des médicaments et le General Medical Council, personne n'était prêt à être interrogé sur les problèmes que nous avons entendu parler aujourd'hui. Même les questions écrites que nous avons soumis ont été ignorés. Finalement, nous avons réussi à parler à un médecin en exercice qui est un membre élu du Conseil médical général, le Dr John McCormack. Dr McCormack, en l'absence de l'un des organismes officiels qui souhaitent participer à ce programme, vous avez accepté de discuter de certains des points soulevés dans ce programme sur la grande variété de problèmes découlant de la prescription excessive de benzodiazépines.

Dr McCormack: Eh bien, je pense que la plupart des médecins sont conscients des dangers mais cela étant dit, nous avons tous nos utilisateurs à long terme et il est très difficile de sortir les gens entre eux. Certains d'entre eux nous héritons d'autres pratiques, certains d'entre eux sont vieux et solitaire, peut-être veuves ou veufs et vivant seules, et c'est très, très difficile d'amener les gens à long terme, qui, après tout, développer une tolérance à eux, devenir dépendant sur eux - les descendre, mais ça, je ne pense pas que les comptes pour l'ensemble du problème.

JOHN WAITE: Mais à qui la faute en premier lieu que ces gens, qui sont devenus utilisateurs à long terme, obtenu sur les médicaments en première instance?

Dr McCormack: Eh bien, c'est une image très compliqué, parce que les patients ne les aime et ne les demandent, parce qu'ils travaillent dans le court terme - ils sont une «solution rapide».

JOHN WAITE: Mais les premiers signes venu à travers, n'ont-ils pas, dans les années 70 que ces choses étaient une dépendance et peut causer des problèmes? Pourquoi 30 ans plus tard il y avait 16 millions prescriptions année dernière?

Dr McCormack: Eh bien, il s'agit d'un problème mondial et je pense que l'un des facteurs importants, c'est qu'ils sont pas cher. Médecins généralistes sont maintenant sous beaucoup de pression pour prescrire des médicaments peu coûteux. Maintenant, un millier de comprimés de Valium 2mg - comprimés de diazépam - coût autour de trois livres, ce qui n'est pas beaucoup. Si on vous a prescrit 60 et vous payez le frais de 6 prescription contrepartie, le gouvernement fait un bon profit peu en dehors de vous. Si vous comparez cela aux nouveaux antidépresseurs «propres», des médicaments comme les ISRS - ils coûtent souvent autour d'un livre par la tablette et que les engloutit les budgets des médecins généralistes médicaments étroitement contrôlés, comme l'affaire de personne.

JOHN WAITE: Mais même si elles ne coûtent pas cher - bien connaître les risques que vous courez en prescrivant ces médicaments, vous ne devriez pas le faire, non?

Dr McCormack: Oui, je suis entièrement d'accord avec cela et je pense que 95% plus de médecins généralistes se ralliera à ce que 100%. Nous dirions nous ne commencerons pas les gens sur les tranquillisants, sauf, il ya souvent des cas où, dans le court terme, elles sont utiles.

JOHN WAITE: Maintenant, je ne suis pas un médecin, évidemment - mais 16 millions d'ordonnances l'année dernière et normalement les gens sont prescrits juste un seul cours de ces choses, c'est la façon sécuritaire de prescription - donc soit, 16 millions d'ordonnances signifie «millions» des gens sont anxieux ou ne peut pas dormir et besoin de quelque chose, ou que vous avez un million de personnes environ qui sont crochu et à long terme à charge et qui sont prescrits ces médicaments, encore et encore. Quel est-il des deux?

Dr McCormack: Je pense que c'est un mélange des deux. Je pense qu'il ya sans doute un certain nombre de personnes sur médication à long terme et ils deviennent dépendants. Ils ne peuvent pas les retirer - si elles essaient d'arrêter de prendre les médicaments, ils présentent des réactions de sevrage assez marquées sorte qu'il est extrêmement difficile pour les patients. Nous devons essayer de les couper vers le bas le plus doucement possible.

JOHN WAITE: Mais avec 16 millions d'ordonnances l'année dernière que le message ne passe pas ce que c'est?

Dr McCormack: Non, non, je pense vraiment la ligne de fond est que la profession médicale ont eu à passer à l'offensive et vraiment souligner le fait que ces médicaments ne doivent pas être utilisés dans la grande majorité des cas dans le long terme et nous devons faire passer ce message au public.

JOHN WAITE: Eh bien, vous voyez, c'est une bien triste réalité que, tout en recherchant ce programme, nous avons rencontré de trop nombreux cas tragiques de toxicomanes - nous avons entendu un 18-year-old qui est devenu accro après prescription de benzodiazépines pour dépression post-natale. Souhaitez-vous prescrire ce genre de médicament pour quelque chose comme dépression post-natale?

Dr McCormack: Non, parce que le problème avec ce genre de médicaments est très souvent ils aggraver la dépression.

JOHN WAITE: Donc, vous avez un médecin qui a prescrit quelque chose qui très souvent va aggraver la situation?

Dr McCormack: Si vous êtes dans la chirurgie avec cette personne, très souvent, ils se présentent sous des flots de larmes, ils ne peuvent pas faire face et ainsi de suite - si un tranquillisant peut masquer le problème pendant un jour ou deux, mais dans le long terme vous ne voulez vraiment pas à traiter un patient avec sévère dépression post-natale avec ce genre de médicament. Que vous voulez, si vous allez à se lancer dans un traitement médicamenteux, de leur donner le bon type de traitement - qui est essentiellement un traitement antidépresseur.

JOHN WAITE: Vous voyez, j'étais assis dans une voiture de police avec un inspecteur détective qui dirige la brigade des stupéfiants à Grimsby il ya quelques jours et il m'expliquait sur les 40 décès liés aux drogues, juste à Grimsby, juste une ville ordinaire, pas la capitale de la drogue du Nord-Est. Dans ces 40 décès liés aux drogues au cours des 3 dernières années, les benzodiazépines ont participé à la grande majorité d'entre eux. Lui et ses officiers récupéré des centaines, des centaines - des milliers de ces tablettes - ils sont juste pour pas cher et il a dit très clairement: «les GPS prescrire beaucoup de médicaments - c'est comme ça qu'ils sortent pour les jeunes et sont impliqués dans la mort».

Dr McCormack: Oui, euh, les benzodiazépines eux-mêmes, très rarement, provoquer des réactions graves et certainement très, très rarement causer la mort lorsqu'il est utilisé sur eux-mêmes - je veux dire il ya certainement un problème. Il est bien connu que les toxicomanes se sortir et obtenir les médicaments dont ils peuvent et les prendre comme un «cocktail». Si vous allez sur une bonne note, si vous prenez quelque chose qui va en quelque sorte «pep» vous et vous tenir éveillé, euh, puis les agresseurs utilisent souvent les benzodiazépines à «descendu» par la suite, ou pour obtenir des dormir.

JOHN WAITE: Mais quelle que soit ils les utilisent car ils peuvent facilement mettre la main sur eux. Il nous ramène à la question centrale qui ils surprescription - 'insouciance' une personne a dit, par malveillance par les médecins généralistes. S'il n'y avait pas autant d'être largement prescrit il n'y aurait pas tant de gens qui peuvent se répandre dans les rues.

Dr McCormack: Oui, je pense qu'il ya une multitude de sources pour être honnête, mais certainement une proportion considérable arrivent par les médecins généralistes, mais c'est un infime pourcentage de médecins généralistes et ceux qui sont découverts à la surprescription sont réprimé très, très rapidement. Qu'arrive-t-essentiellement, c'est leurs carnets d'ordonnances sont enlevés, ils ne peuvent pas abuser du système. C'est une chose d'avoir un toxicomane, ou quelqu'un qui vendent de la drogue, c'est tout autre chose que d'avoir une personne en position d'autorité, un médecin généraliste qui a un bloc d'ordonnances, qui abuse des pouvoirs qui lui sont conférés ou ses, comme à la suite de ce privilège. Le GMC prend que très, très au sérieux.

John Waite: Je me demande si vous avez, en tant que médecin, des paroles de réconfort aux nombreuses personnes qui nous écoutent aujourd'hui, la prise de ces médicaments, qui ne peuvent pas arrêter? Pour les parents d'enfants qui ont été endommagés à long terme parce que ces médicaments ont été prescrits, lorsque la mère était enceinte, son médecin? Pour les parents de jeunes morts dans benzos dont le décès a eu un coup de main? Que voulez-vous dire à ces gens qui ont souffert?

Dr McCormack: Eh bien, je ne peux évidemment pas parler pour les médecins qui ne sont pas collés sur les lignes directrices que moi-même et la plupart des médecins d'autres toujours s'en tenir à ces cas. Il est clair que nous devons faire passer le message que les gens doivent être conscients des dangers des médicaments - de ce type de médicament, tout type de médicaments.

John Waite: Nous connaissons les problèmes depuis 1971. Il ya eu des décisions et des directives émises et pourtant nous sommes ici, et les dernières statistiques montrent, les prescriptions sont à la hausse à nouveau. Loin de résidus de prescription, il semble maintenant se stabiliser de nouveau dans l'ancien modèle de - quelqu'un vient - «bonde eux des benzodiazépines.

Dr McCormack: Oui, je pense vraiment que l'ensemble de la profession et de tous les organismes de réglementation devraient prendre ce message à bord et doit faire quelque chose, doit construire un calendrier pour amener une amélioration de la situation. Un facteur important, je pense, doit être d'arrêter d'essayer de convaincre les médecins de prescrire des médicaments qui ne coûtent pas cher. Nous savons tous qu'il existe des préparations efficaces et plus sûrs disponibles.

PAMELA: Il ya des gens - des gens qui sont peut-être l'écoute de ce programme - qui sont accrochés, sans le savoir, sans le vouloir, et ils estiment que la société a «jeté par-dessus bord leur». Ils sentent qu'ils ne font plus partie nulle. Ils sentent qu'ils ont perdu une telle quantité qu'ils ne peuvent plus se considérer comme l'un être humain complet.

John Waite: C'est tout dans cette édition de faire face aux faits. Nous serons de retour dans quelques semaines. J'espère que vous pourrez nous rejoindre ensuite.

Face aux faits
Présentateur: John Waite
Producteur: Claire Burnett
BBC Radio 4
16 mars 1999

Transcription par Susan Bibby, Benzact

BBC Panorama: Le piège Tranquillisants , 13 mai 2001
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:49

John Waite: Il est estimé à moins de un million de personnes benzodiazépines prescrites dans les années 60 et 70 qui restent dépendants à ce jour. Ils souffrent débilitante physiques et psychologiques des effets secondaires: perte de mémoire, l'agoraphobie, la dépression, même, ironiquement, les mêmes symptômes pour lesquels ils ont été prescrits des médicaments: l'insomnie et l'anxiété. Au total, il ya 200 effets secondaires reconnus.
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71388
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109653
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 22:58

Bonjour,

Depuis 10 semaines, je suis un programme qui permet d'en finir avec les attaques de panique.

Je l'ai trouvé sur Internet.

C'est un gars qui a souffert d'attaques de panique depuis son adolescence et qui a essayé de trouver de l'aide dans son pays (Belgique) et en Europe sans y parvenir. Il est alors parti pour les Etats Unis où il a enfin trouvé cette aide qui n'existe pas sur le vieux continent.

Geert, c'est son prénom, a décidé ensuite de créer un programme audio pour aider toutes les personnes qui souhaitent vaincre leurs attaques de panique et leur agoraphobie.

Mais qu'est-ce qu'une attaque de panique?

C'est la peur d'avoir peur. C'est un mécanisme qui se déclenche dans le corps lorsqu'on a peur de quelque chose. Peur de prendre l'avion, peur de conduire, peur dans un supermarché... Une personne qui souffre d'une attaque de panique va avoir des symptômes très désagréables comme:

le coeur qui s'accélère
des nausées
des vertiges
des fourmillements dans les membres
des problèmes digestifs
souffle court
sensation d'étouffement
sueurs
bouffées de chaleur ou de froid
sentiment d'irréalité
crainte de perdre la maîtrise de soi


La liste n'est pas exhaustive et il n'est pas nécessaire d'avoir tous les symptômes pour avoir une attaque de panique. Le point commun à toutes les personnes est généralement le sentiment qu'elles vont mourir ou devenir folles.

Ce qu'il faut savoir, c'est que vous n'allez pas mourir et que lorsque l'attaque de panique survient, elle ne peut durer que 20 minutes, car le corps n'est pas capable de maintenir cet état d'alerte plus de 20 minutes.

En fait, ce qui se passe lorsque vous avez une attaque de panique: c'est un mécanisme de défense archaïque qui se met en marche.

Vous avez peur et le corps sait que lorsque vous avez peur il doit déclencher ce mécanisme de défense pour se protéger d'un élément extérieur hostile.

Que fait le corps pour enclencher ce mécanisme? Il produit de l'adrénaline, car l'adrénaline lui permet de se mettre dans les meilleures dispositions pour faire face à une attaque ou pour préparer la fuite. Et c'est cette montée d'adrénaline dans le corps qui produit tous les symptômes désagréables cités plus haut.

Attaquer quoi et fuir quoi me direz-vous? Eh bien c'est un mécanisme qui remonte au temps où les Etres humains devaient faire face à divers dangers réels, comme les mammouths et autres bêtes dangereuses. Ces mécanismes sont toujours là, mais l'homme doit fuir ou attaquer des peurs qui sont beaucoup moins concrètes de nos jours. Donc ces peurs lui paraissent déplacées et il ne comprend plus très bien l'utilité des attaques de panique et encore moins la présence de ces symptômes désagréables.

Mais il est possible de reprendre le contrôle de ses peurs et de son corps (décharge d'adrénaline) afin que l'attaque de panique ne se déclenche pas quand il n'y a pas lieu de fuir ou d'attaquer; c'est à dire presque jamais, sauf si vous devez réellement sauver votre vie.

Et ne vous inquiétez pas, c'est assez simple. En gros, il faut faire trois choses:

arrêter de consommer de la caféine, de l'aspartame et du mono sodium glutamate (E621)
pratiquer assez d'activité physique (évacuer le stress physique et les substances (cortisol, adrénaline,...) qui sont dans le corps)
faire attention à ses pensées pour ne pas lancer le processus d'attaque de panique (c'est facile une fois que l'on ne consomme plus du tout de caféine, d'aspartame et de E621, car ces derniers produisent des symptômes identiques à ceux ressentis lors d'une attaque de panique et ce sont ces symptômes qui nous font peur et génèrent des pensées angoissantes du type: est-ce que j'ai un cancer, une crise cardiaque, ...)


Je donne ici les grandes lignes qui permettent de ne plus souffrir d'attaque de panique. Mais revenons au programme qui permet d'arriver à cela:

Ce programme s'étend sur 15 semaines, à chaque semaine correspond une session. Une session contient une partie audio (un CD audio d'environ une heure) à écouter plusieurs fois et des devoirs à faire.

Dans son programme, Geert explique le fonctionnement des attaques de panique, ce qui les déclenche et le moyen pour les stopper. Il donne une marche à suivre très efficace pour arrêter une attaque de panique qui commence. Les 6 étapes de cette marche à suivre sont assez facile à mettre en pratique.

Il parle également des substances qui donnent les mêmes symptômes que les attaques de panique. Il propose d'arrêter de consommer ces produits (caféine, aspartame et mono sodium glutamate (E621)) et c'est vrai qu'au bout de 4 semaines sans consommer ces trois substances, le changement est flagrant, c'est comme si les attaques de panique disparaissaient toutes seules.

Ce programme fonctionne vraiment lorsqu'on s'applique à suivre les règles.

J'en suis maintenant à la session 10 (=semaine 10) et je n'ai plus eu d'attaque de panique depuis 5 semaines. Je suis toujours un peu angoissée, mais cela devient tout à fait gérable.

En plus, on peut compter sur le soutien de Geert qui répond aux questions qu'on lui pose par e-mail dans les 24 heures. Il se propose d'être notre coach pendant ces 15 semaines et c'est ce qu'il fait avec beaucoup de sérieux.

Si vous souffrez d'attaques de panique, d'agoraphobie, d'angoisse généralisée, je vous conseille vivement de commander ce programme. Il est très efficace et pas cher: 159 euros. C'est le prix de deux à trois consultations chez un psy.

Sachant que j'ai payé pendant 15 ans des psychothérapeutes qui n'ont jamais été capable de m'aider à vaincre mes attaques de panique, acheter ce programme pour le prix de deux de leurs consultations, c'est donner. :)

Je sais, il y a de quoi être sceptique, surtout si vous êtes comme moi et que vous avez tout, mais alors tout essayé pendant des années pour vous débarrasser de ce problème. Vous pensez que c'est un truc de plus qui ne va pas fonctionner et que vous aurez dépensé de l'argent pour rien. Eh bien, attendez-vous à être surpris en bien pour une fois, ça marche!

Voici le lien vers le site contenant ce programme: www.sansangoisse.com
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
COMBES-50
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 126
Localisation : Cahors
Emploi/loisirs : Professeur à l'école des Mines
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 236
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Mar 19 Mar 2013 - 19:56

cafe

http://www.soutienbenzo.fr/

attention pas sans 'l'avis du medecin !!
Revenir en haut Aller en bas
COMBES-50
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 126
Localisation : Cahors
Emploi/loisirs : Professeur à l'école des Mines
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 236
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Mar 19 Mar 2013 - 19:57

cafe


e vous livre dans ce dossier mon expérience pour vous en sortir des abimes de la dépression.

La dépression est une lute de tous les jours entre votre esprit qui se remet en question et le temps qui vous semble passer lentement, très lentement.

Pour vaincre la dépression il n'y a pas 36 solutions, c'est l'objectif que vous allez fixer qui va la faire disparaître de votre vie. Se fixer un objectif est primordial et nous allons ensemble se fixer un objectif de un mois pour s'en sortir. Se sera votre objectif, concentrez-vous sur le programme qui va suivre durant 1 mois et vous verrez un changement positif dans votre vie en très peu de temps. Je suis passé par là et j'ai vraiment envie de vous aider.


Ce que vous devez savoir c'est que ce fléau n'aime pas la routine, notre corps et notre esprit ont besoin d'être recadrés dans une routine et un MODE DE VIE SAIN.


Avant toute chose, sachez que ce programme est composé de 4 phases + un bonus, une séance d'hypnose en ligne:

-1 ingrédients (vitamines et compléments alimentaires)

- 2 hygiène de vie

- 3 activités et mode de vie

- 4 bien-être.

- 5 Séance d'hypnose pour combattre l'hypnose.


Cela ne nécessite pas de gros frais mais de la volonté.


1 Les ingrédients :


- Vecti-Seren du laboratoire nutergia. 2gélules par jour que vous prenez vers 16h avec votre goûter et ce durant une semaine à 10 jours, ensuite réduisez à 1 gélule. Ce sont d’excellents acides aminés qui vous aideront à retrouver votre équilibre émotionnel.

- Eskimo-3 si possible en huile et non en gélule. C'est selon moi le meilleur apport Omega3 qui existe. à prendre une cuillère à café tous les jours aux repas de votre choix.

- Du magnésium, C'est important de prendre des doses de 450 mg au moins et surtout avec des vitamines B6 qui aideront à accrocher le magnésium dans votre métabolisme. Demander conseil à votre pharmacien, personnellement je prenais du chlorure de magnésium (nigari) mais c'est horrible à boire. Je vous conseil un truc en gélule qui ne vous dégoutera pas. A prendre tous les matins à jeun.
Sachez que l'eau contrex contient 50mg/L de magnésium quant à l'eau Herpar elle contient à elle seule 119 mg/L, mais cette dernière peut donner des diarrhée. Ce de cette manière que le corps rejette l’excédent de magnésium

- ALVITYL PLUS qui contient 12 vitamines et 7 minéraux et oligo-éléments. C'est excellent selon moi. A prendre tous les matins à jeun.

- De la vitamine D c'est très, très, très important et on ne le dit pas assez.
Je vous conseil de prendre par exemple Dcure tous les 10 jours à défaut d'aller au soleil au moins 3 semaines pour recharger vos batteries. Attention, il est important de mélanger votre vitamine D à une matière grasse afin de mieux l’intégrer dans l'organisme. Personnellement je mélange ma vitamine D avec une petite cuillère d'huile d'olive.

- boire au moins un litre d'eau par jour. par exemple contrex ou Hepar qui sont chargé en magnésium.

2 Hygiène de vie.



Il est important que vous sachiez qu'une alimentation saine et équilibrée est importante, essayer de cuisiner plutôt que d'acheter tous les jours des plats faits. Variez vos envies, vous pouvez trouver d’excellentes recette sur youtube par exemple que vous pouvez très bien les faire chez vous.

Sachez également que le désordre dans votre vie est un terreau fertile pour votre dépression.
Essayer de vivre dans des pièces propres, le ménages doit être fait régulièrement afin que vous puissiez vous sentir dans un endroit harmonieux. Si vous n'avez pas le temps, vous pouvez demander à quelqu’un d'autre de le faire. Par exemple ici en Belgique nous avons un système de titre service, en France ou ailleurs il doit exister un truc du genre pour ça. N'oubliez pas que ça ne sert à rien de faire des économies d’épiciers, votre santé en dépend.

Essayez également de mettre vos habilles tous les jours même le week-end, ne restez pas en pyjama ou en peignoir toute la journée. Ces derniers doivent être mis avant d'aller vous coucher.

Mot d'ordre ! Maison propre, affaires rangés et ventre rempli.


3 Activités et vie courante.


Il est impératif que vous puissiez bouger de chez vous. Tous les jours au moins durant une heure ou deux, pour voir la lumière du jour mais également pour dégripper votre organisme.



Le sport:

On le répète souvent que le sport est le premier tueur de la dépression !
je vous le confirme, tous les dépressifs sont souvent sédentaires. Je suis conscient que faire du sport n'est pas accessible pour tout le monde, c'est pourquoi je vous suggère de faire une marche de 30 min par jour. Sortez de chez vous à pied, allez faire vos courses, ou simplement faire le tour de votre quartier.

essayer d'habituer le corps à un rythme régulier ET SURTOUT A LA MÊME HEURE PLUS AU MOINS. Par exemple si vous travaillez, dans ce cas allez plutôt marcher durant votre heure de pause ou le soir en rentrant chez vous. Ne marchez pas trop vite au début cela ne sert à rien car vous allez en avoir marre ca doit rester un plaisir et ca c'est important, profitez plutôt d'une marche serine, regarder ce qu'il y a autour de vous et si vous avez l'occasion d'aller dans un parc, profitez plutôt des couleurs qui vous entoure.
Attention : IL est important que vous marchiez en regardant vers le haut et non vos chaussures. REGARDEZ PLUTÔT L'HORIZON.

Je vous conseil aussi la natation deux à trois fois par semaine durant 30 min, ça vous ramollie le corps et vous vide l'esprit. ça ne sert à rien de nager le papillon ! détendez-vous dans l'eau et nagez selon vos capacités et ne jamais oublier que ça doit être un plaisir.

La réconciliation:

Il est important d'apaiser votre esprit et fleurir votre cœur de bonnes choses. Pour cela il y a un moyen radical c'est la réconciliation avec votre entourage celles et ceux avec qui vous êtes en guerre.

Téléphonez leur, allez chez eux, réconciliez-vous avec eux, pour faire la paix avec vous même.

Ne restez pas isolé, allez voir du monde et changer vos idées avec les leurs.

Ceci-dit n'allez pas chez des gens qui vous savez pertinemment qu'ils vont vous nuire, cela ne sert à rien d’emmener une nouvelle tempête dans votre vie.




3 Le bien-être.

C'est une étape importante le soir après votre repas et votre vaisselle.

Je vous conseil d'allumer 3 ou 4 bougies sur votre table pour créer une bonne atmosphère cocooning chez vous. Pensez à prendre une bonne tisane à la verveine séchée par exemple, tous les soirs une tisane bien chaude. Prenez ensuite un bon livre qui apportera une certaine sérénité en vous, ne lisez pas des trucs déprimants mais plutôt des choses qui vous feront prendre conscience de l'importance de la vie et sa beauté.

Je vous conseil l’ excellent livre que j'ai commandé sur amazone " La sérénité de l'instant" de Thich Nhat Hanh
http://www.amazon.fr/s%C3%A9r%C3%A9nit%C3%A9-linstant-Thich-Nhat-Hanh/dp/229001477X/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1353332162&sr=1-1


Et " Le pouvoir du moment présent " de Eckhart Tolle.
http://www.amazon.fr/pouvoir-moment-pr%C3%A9sent-d%C3%A9veil-spirituel/dp/2290020206/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1353332195&sr=1-1

Ces deux livres, vous devez absolument les lire !



Je vous livre aussi mon secret, la musique !

Un bon livre sur fond de musique et magistral, je vous conseil cette musique de Paul Collier qui me fais entrer dans une phase de sérénité indescriptible. mettez ce morceau en boucle pendant une petite heure et vous verrez.

Le morceau s’appelle "Slow Down" que vous pouvez trouver sur youtube.
Revenir en haut Aller en bas
COMBES-50
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 126
Localisation : Cahors
Emploi/loisirs : Professeur à l'école des Mines
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 236
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Mar 19 Mar 2013 - 19:59

cinema


Habituez-vous à allumez votre radio dés le réveil et laissez la le temps de prendre votre petit dej et vous habillez.

Voilà que dire de plus si ce n'est de garder à l'esprit que vous devez recadrer votre vie maintenant en essayant de respecter tous les jours les mêmes horaires plus au moins : vos compléments alimentaires, votre marche ou votre sport, vos repas, votre vaisselle et nettoyage, et votre moment de bien-être le soir sans oublier un bon sommeil (je sais que parfois c'est difficile et j'en fais les frais après un arrêt brusque d'un AD).


Conclusion:

Vous avez besoin de lumière, si vous êtes chez vous, il est impératif de ne pas être dans des pièces sombres en journée sauf le soir pour votre moment de détente. Vous devez surtout prendre plaisir pour chaque chose qui vous donne envie. Si vous aimez le théâtre ou le cinéma, allez-y. Si vous aimez prendre un apéro au café plutôt que chez vous tout seul, allez-y. Le tout est de trouver vos repères vers un nouveau départ.

Bonne chance

Retrouvez cet article sur notre forum.
http://soutienbenzo.forumgratuit.org/t298-dossier-depression-comment-s-en-debarrasser-facilement


Revenir en haut Aller en bas
COMBES-50
SAVANT
SAVANT
avatar

Masculin
Nombre de messages : 126
Localisation : Cahors
Emploi/loisirs : Professeur à l'école des Mines
Humeur : Froide
Réputation : 0
Points : 236
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Mar 19 Mar 2013 - 20:02

cafe

Quel beau paradoxe ! ne vous jetez plus sur les antidépresseurs ! il existe des solutions alternatives !la dépression parait une fatalité quand on y entre mais étrangement tout s'éclaire quand on accepte de se soigner autrement ...comme savent le faire les homéopathes par ex ....et je l'ai expérimenté !!


Les antidépresseurs provoquent la dépression !!!


Revenir en haut Aller en bas
carole

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6645
Localisation : france
Emploi/loisirs : la boxe
Humeur : bonne
Réputation : 4
Points : 10195
Date d'inscription : 18/01/2010

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Jeu 15 Sep 2016 - 20:26

ok
Revenir en haut Aller en bas
http:// http://vivreavecsamaladie.forumactif.org/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Effets de sevrage du zoloftfleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Effets de sevrage du zoloftfleur
» Faut-il arrêter les psychotropes ? - Chapitre VIII - Effets du sevrage
» Effet du sevrage ?
» Rivotril (clonazépam) - comment l'arrêter - méthode de sevrage Ashton, avec substitution
» Arrêt Bétaféron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MAISON TRANQUILLE  :: Un médicament !sos! :: maladies solutions :: mieux comprendre !-
Sauter vers: