LA PETITE MAISON TRANQUILLE
Bienvenue à vous dans la petite maison tranquille

forum sur les inventions et liens divers :
bonne route à vous !
ici c'est comme un dictionnaire , les liens sont prit sur des magazines ect !!!
MOT CLÉ
invention, liens, divers, comme, papi, enfants, découvertes, inventions, humours, découverte, jeux, année, 2008, début, téléphone, exemple, , . quiz , liens ,divers , le saviez vous, pourquoi , dit papi ; planet, poèmes, citation, vrai ,faux ,abcd, invention, informatique , juridique,images liens , cuisine liens , astuces livres; cadeaux , emplois liens ,voyages..science , découverte, brocante liens...tout le monde en parles . musique liens; cinéma liens ... actualité ...les inventions concours l’épine ... ,
2012
Bonjour.
 2. 你叫什么名字?
Nǐ jiào shénme míngzi?
Comment t’appelles-tu ?
 3. 这是我的名片。
Zhè shì wǒ de míngpiàn.
Voici ma carte de visite.
 4. 好久不见。
Hǎojiǔ bújiàn.
Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus !
fleur


INVENTION INVENTEUR INVENTION
 
AccueilportailÉvènementsFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Effets de sevrage du zoloftfleur

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 20:38

:rires:

Effets de sevrage du zoloft!!

Syndrôme et effets secondaires du sevrage des antidépresseurs
nausées, maux de tête, anxieté, fatigue
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 20:38

:rires:


Antidépresseurs et syndrome de sevrage
Si vous arrêtez de prendre vos antidépresseurs d'un seul coup ou brutalement, vous pourriez souffrir de maux tels que des vertiges, la nausée ou des maux de tête. Cela est connu sous le nom de syndrome de sevrage. Ces effets arrivent sont particulièrement courant quand vous arrêtez de prendre du Paxil ou du Zoloft.

La dépression et l'anxieté sont des symptômes courant lors de l'arrêt de la prise d'antidépresseurs. Lorsque la dépression survient après l'arrêt de la prise de médicament, elle souvent plus forte que la dépression d'origine qui a conduit au traitement par ces médicaments. Malheureusement, beaucoup de personnes prennent le syndrome de sevrage comme un retour à la leur état dépressif et se remettent à reprendre leurs médicaments, ceci créant un cercle vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 20:43

:Neutral:

Les sérotoninomimétiques indirects agissent par l'intermédiaire de la sérotonine endogène en augmentant sa synthèse, ou en inhibant sa recapture ou son catabolisme.

Par augmentation de la synthèse

Le L-tryptophane et le L-5-hydroxytryptophane sont les précurseurs de la sérotonine utilisés comme régulateurs du sommeil et antidépresseurs. Ils réduisent de plus l'appétit pour les glucides. Une alimentation pauvre ou dépourvue de tryptophane accélère et aggrave les rechutes dépressives et augmente l'agressivité ; on peut penser qu'une alimentation riche en tryptophane aurait l'effet inverse. On trouve du tryptophane dans divers aliments : œufs, viandes, céréales, lait où il est présent surtout dans l'a-lactalbumine.

Le L-tryptophane a été utilisé pendant plusieurs années surtout comme régulateur du sommeil sans entraîner d'effets secondaires notables. L'apparition du syndrome éosinophilie-myalgie lié à la prise de L-tryptophane était tout à fait inattendue. Deux explications ont été avancées : présence dans la préparation pharmaceutique d'un contaminant toxique, dérivé du tryptophane et métabolisation excessive du tryptophane chez certains sujets par la tryptophane pyrrolase, conduisant à la kynurénine, l'acide picolinique et l'acide quinolinique. Mais l‘"épidémie" de cas de syndrome d'éosinophilie-myalgie survenue dans les années 1990 n'a jamais reçu d'explication claire et la réalité de son existence a même été mise en doute. Par mesure de précaution on continue cependant à déconseiller l'usage du L-tryptophane et aussi du 5-OH-tryptophane dans les indications précédemment citées.

Le L-5-hydroxytryptophane, appelé oxitriptan, reste disponible en France pour le traitement d'un certain type de myoclonies postanoxiques.
Oxitriptan ou L-5-hydroxytryptophane

LÉVOTONINE* Gélules

Par inhibition de la recapture : antidépresseurs

Les substances qui inhibent spécifiquement la recapture de sérotonine par les neurones sont désignées par le sigle ISRS, Inhibiteurs Spécifiques de la Recapture de Sérotonine et en anglais par SSRI, Selective Serotonin Re-uptake Inhibitors. Les ISRS s'avèrent être des antidépresseurs en clinique, mais leur mécanisme d'action n'est pas totalement élucidé car leur effet antidépresseur n'apparaît qu'en deux à trois semaines, alors que leur effet inhibiteur de la recapture est immédiat. Ceci suppose l'intervention de mécanismes complexes. Certains d'entre eux ont également des propriétés anorexigènes.

Lorsque la recapture de sérotonine est inhibée, sa concentration au niveau de la synapse augmente. Cette augmentation entraîne des effets postsynaptiques ainsi que présynaptiques, notamment une stimulation des récepteurs 5-HT1A, ce qui réduit sa propre libération et vient en quelque sorte contrecarrer l'inhibition de sa recapture. L'association à un antidépresseur inhibiteur de la recapture de sérotonine d'un antagoniste des récepteurs 5-HT1A présynaptiques augmente la libération de sérotonine. Le pindolol, ß-bloquant et antagoniste non spécifique des récepteurs 5-HT1A accélère et améliore l'effet des antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de sérotonine.

Les inhibiteurs spécifiques de la recapture de 5-HT, ISRS, sont la fluoxétine, la fluvoxamine, la paroxétine, le citalopram, l'escitalopram et la sertraline. Ils n'ont pas de propriétés atropiniques.

Outre leur utilisation dans le traitement des états dépressifs où leur efficacité est égale ou supérieure à celle des autres antidépresseurs, les ISRS sont utilisés dans le traitement des troubles obsessionnels compulsifs et des attaques de panique, la phobie sociale. Ils ont donné, notamment la sertraline, des résultats appréciables dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique (viol, accident, catastrophe...).
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 20:46



a fluoxétine est l'antidépresseur de type ISRS qui a été le plus utilisé. C'est un racémique, constitué de deux énantiomères R et S, tous deux actifs, mais l'énantiomère S est plus inhibiteur de la recapture de sérotonine que le R. Son métabolite, la norfluoxétine, est également actif. La demi-vie plasmatique de la fluoxétine est de quelques jours; celle de son métabolite de près d'une dizaine de jours. De plus, elles diffèrent d'un malade à l'autre. Ces longues demi-vies expliquent que le plateau de concentration plasmatique ne soit atteint chez certains malades qu'en plusieurs semaines et que sa décroissance après l'arrêt du traitement soit lente. Les caractéristiques pharmacocinétiques de la fluoxétine expliquent que l'on ait proposé de l'utiliser comme antidépresseur en ne l'administrant qu'une seule fois par semaine.

La fluoxétine est métabolisée par le même type de cytochrome P-450 (CyP-2D6 et CyP-3A4) que les neuroleptiques et les antidépresseurs tricycliques, ce qui explique que leur administration simultanée à un même malade entraîne une inhibition réciproque de leur métabolisme.

La fluoxétine a un effet anorexigène et peut entraîner une perte de poids. Elle peut être à l'origine de nausées, de nervosité et d'insomnie.

La prise de fluoxétine pendant le premier trimestre de la grossesse ne semble pas augmenter le risque de malformation chez l'enfant mais, prise pendant le dernier trimestre, elle pourrait augmenter le risque de complications périnatales.

L'efficacité et la tolérance des autres inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine, fluvoxamine, paroxétine, citalopram, sertraline, semblent assez proches de celles de la fluoxétine.
Fluoxétine

PROZAC* Gélules 20 mg

Fluvoxamine

FLOXYFRAL* Cp sécable 50 et 100 mg

Paroxétine

DEROXAT* Cp sécable 20 mg, Sol buv
DIVARIUS* Cp sécable 20 mg

Citalopram

SEROPRAM* Cp sécable20 mg, Sol buv, Inj.

Escitalopram SEROPLEX* Cp sécable 10 mg
Sertraline

ZOLOFT* Gélules 25 et 50 mg

Les inhibiteurs mixtes de la recapture de sérotonine et de noradrénaline ont été étudiés dans le chapitre Catécholamines.

L'extrait de millepertuis ou Hypericum perforatum (en anglais Saint John's wort) a une activité antidépressive. Un extrait de millepertuis s'est montré aussi efficace que la fluoxétine dans le traitement de dépressions moyennes. On pensait que la molécule active du millepertuis était l'hypericine mais il semblerait qu'il s'agisse de l'hyperforine qui inhibe la recapture de sérotonine. L'extrait de millepertuis est par ailleurs un inducteur enzymatique du cytochrome CYP3A4 et peut abaisser la concentration d'autres médicaments métabolisés par le même cytochrome. L'extrait de millepertuis est commercialisé en France sous les noms de Procalmil*, Arkogélules Millepertuis*, Elusanes Millepertuis*, spécialités non remboursées par la Sécurité Sociale, en vente libre en pharmacie.

Devant un état dépressif reconnu, la décision d'utiliser un antidépresseur va de soi, sans que l'on sache s'il est préférable de recourir à un inhibiteur de la recapture de sérotonine ou de noradrénaline, car il n'y a pas de symptômes cliniques ou biologiques permettant de le déterminer. Dès lors, la fréquence et la gravité des effets indésirables possibles de chaque produit doivent être particulièrement prises en compte. Toutefois la tendance actuelle privilégie les inhibiteurs de type sérotoninergique.

Le fait que les essais comparatifs des antidépresseurs actuels donnent approximativement le même pourcentage de succès (ou d'échecs) ne signifie pas qu'ils sont semblables. En effet, ce ne sont pas nécessairement les mêmes malades qui auraient répondu favorablement aux différents traitements. Dès lors, pour un malade donné, une incertitude quant au choix du meilleur médicament demeure.

Les antidépresseurs s'administrent par voie buccale en augmentant progressivement la posologie en début de traitement si cela est nécessaire, en la maintenant ensuite pendant plusieurs semaines ou quelques mois et en la réduisant progressivement en fin de traitement. Les antidépresseurs mixtes s'administrent habituellement par voie buccale mais un certain nombre d'entre eux existent sous forme injectable et peuvent être administrés en perfusion intraveineuse en début de traitement. Un antidépresseur, même s'il est pris à la même posologie et dans les mêmes conditions, peut être présent à des concentrations plasmatiques très différentes d'un malade à l'autre.

Alors que l'inhibition de la recapture des monoamines est effective dès le début du traitement, l'effet antidépresseur n'apparaît qu'au bout d'une, deux ou trois semaines de traitement continu. Le traitement doit ensuite être poursuivi pendant quelques mois, voire beaucoup plus.

En cas de non-effet d'un antidépresseur pris à la posologie habituelle pendant un temps suffisant, en absence de mesure de sa concentration plasmatique ou de celle de son métabolite actif, on ne sait pas si la dose prescrite est, pour ce malade, insuffisante ou si le médicament est inefficace.

Si après adaptation de sa posologie un antidépresseur reste inefficace, il est logique de le remplacer par un autre. On peut proposer dans ce cas de prescrire un antidépresseur ayant un mécanisme d'action différent du premier, impact sérotoninergique ou noradrénergique. L'association de lithium à un antidépresseur peut, dans les cas rebelles, améliorer la réponse thérapeutique.

Remarque : Effet anorexigène

La fenfluramine sous forme racémique ou sous forme de l'énantiomère D, dexfenfluramine, en dépit de sa structure de type amphétaminique, a au niveau du système nerveux central des effets sérotoninergiques divers et complexes parmi lesquels une inhibition de la recapture de sérotonine, une augmentation de sa libération et peut-être un effet direct sur les récepteurs 5-HT2C. La fenfluramine et surtout la dexfenfluramine ont un effet anorexigène reconnu, en particulier vis-à-vis de la consommation de glucides. La fenfluramine est transformée en norfenfluramine, métabolite actif qui intervient également dans l'effet anorexigène sans avoir tout-à-fait les mêmes propriétés que la fenfluramine.
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 20:49

photo vive


Effets secondaires des antidépresseurs
Les antidépresseurs sont classés en quatre grandes familles: les inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS), les tricycliques et tétracycliques, les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) et les antidépresseurs atypiques.

Les inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS)
Les ISRS sont les antidépresseurs les plus couramment prescrits. Ils agissent sur la sérotonine et incluent des médicaments comme le Prozac, le Zoloft et le Paxil. Les ISRS sont généralement préférés aux anciennes générations d'antidépresseurs comme les tricycliques et les IMAO car leurs effets secondaires sont moins sévères.

Comme tous les antidépresseurs, les ISRS peuvent provoquer une augmentation des pensées et des comportements suicidaires. Ils s'accompagnent aussi d'un risque d'irritabilité et d'anxieté. Chez les adultes de plus de 65 ans, les ISRS augmentent le risque de chutes et de fractures. Le syndrome de sevrage va souvent de paire avec les ISRS si leur prise est arrêtée brutalement.

Les effets secondaires les plus courant sont:

Nausée
Insomnie
Vertiges
Perte ou prise de poids
Tremblements
Bouche sèche
Diarrhée ou constipation
Maux de tête
Inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS)
Prozac
Luvox
Zoloft
Paxil
Lexapro
Celexa
Les antidépresseurs atypiques
Il y a toute une variété d'antidépresseurs atypiques qui agissent sur d'autres neurotransmetteurs que la sérotonine. Ils peuvent par exemple agir sur les niveaux de norépinéphrine et de dopamine.

Les effets secondaires varient selon les médicaments. Cependant, de nombreux antidépresseurs atypiques causent la nausée, de la fatigue, une prise de poids, somnolence, la bouche sèche et une vision troubles.

Antidépresseurs atypiques
Cymbalta
Remeron
Wellbutrin
Desyrel
Effexor
Serzone
Antidépresseurs tricycliques et tétracycliques
Les antidépresseurs tricycliques sont parmi les antidépresseurs les plus anciens. Ils fonctionnent en réduisant la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine. Ils inhibent aussi partiellement la réabsorption de dopamine. Ils ont tendance à causer plus d'effets secondaires que les autres types d'antidépresseurs. Pour cette raison, on leur préfère généralement les ISRS ou les antidépresseurs atypiques.

Les tricycliques mettent environ deux semaines pour agir sur les symptômes de la dépression. La somnolence est un effet secondaire qui arrive très souvent, particulièrement dans les premières semaines de la médication. Il y a également un risque de syndrome de sevrage en cas d'arrêt soudain du traitement.

Antidépresseurs tricycliques
Elavil
Asendin
Anafranil
Norpramin
Sinequan
Tofranil
Ludiomil
Pamelor
Vivactil
Surmontil
Les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)
Les IMAO sont la plus ancienne classe d'antidépresseurs. Des précautions alimentaires très strictes doivent êtres prisent en raison des interactions de cette médication avec la nourriture et les boissons, le risque étant des crises d'hypertension pouvant conduire à une crise cardiaque. En raison de ce danger, les IMAO ne sont pas choisis comme le premier choix de traitement de la dépression. Si vous votre médecin vous prescrit un IMAO, vous devrez faire très attention à ce que vous mangez et aux autres médicaments que vous prendrez pendant le traitement. Par exemple, vous devrez vous interdire le chocolat, le vin, la bière et plusieurs sortes de fromage.

Les autres effets secondaires sont:

Les vertiges
L'insomnie
La prise de poids
Les maux de tête
Des problèmes sexuels
Des problèmes de somnolence
Enfin, il est recommandé d'attendre au moins cinq semaines avant de prendre un IMAO si vous avez pris un ISRS précédemment. Combiner les ISRS avec les IMAO présente un risque mortel appelé Syndrome sérotoninergique (surdosage de sérotonine au niveau des neurones)

Inhibiteurs de la monoamine oxydase
Nardil
Parnate
Marplan
Emsam




Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 20:51

photo vive

Inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS)
Prozac
Luvox
Zoloft
Paxil
Lexapro
Celexa
Les antidépresseurs atypiques
Il y a toute une variété d'antidépresseurs atypiques qui agissent sur d'autres neurotransmetteurs que la sérotonine. Ils peuvent par exemple agir sur les niveaux de norépinéphrine et de dopamine.

Les effets secondaires varient selon les médicaments. Cependant, de nombreux antidépresseurs atypiques causent la nausée, de la fatigue, une prise de poids, somnolence, la bouche sèche et une vision troubles.

Antidépresseurs atypiques
Cymbalta
Remeron
Wellbutrin
Desyrel
Effexor
Serzone
Antidépresseurs tricycliques et tétracycliques
Les antidépresseurs tricycliques sont parmi les antidépresseurs les plus anciens. Ils fonctionnent en réduisant la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine. Ils inhibent aussi partiellement la réabsorption de dopamine. Ils ont tendance à causer plus d'effets secondaires que les autres types d'antidépresseurs. Pour cette raison, on leur préfère généralement les ISRS ou les antidépresseurs atypiques.

Les tricycliques mettent environ deux semaines pour agir sur les symptômes de la dépression. La somnolence est un effet secondaire qui arrive très souvent, particulièrement dans les premières semaines de la médication. Il y a également un risque de syndrome de sevrage en cas d'arrêt soudain du traitement.

Antidépresseurs tricycliques
Elavil
Asendin
Anafranil
Norpramin
Sinequan
Tofranil
Ludiomil
Pamelor
Vivactil
Surmontil
Les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)
Les IMAO sont la plus ancienne classe d'antidépresseurs. Des précautions alimentaires très strictes doivent êtres prisent en raison des interactions de cette médication avec la nourriture et les boissons, le risque étant des crises d'hypertension pouvant conduire à une crise cardiaque. En raison de ce danger, les IMAO ne sont pas choisis comme le premier choix de traitement de la dépression. Si vous votre médecin vous prescrit un IMAO, vous devrez faire très attention à ce que vous mangez et aux autres médicaments que vous prendrez pendant le traitement. Par exemple, vous devrez vous interdire le chocolat, le vin, la bière et plusieurs sortes de fromage.

Les autres effets secondaires sont:

Les vertiges
L'insomnie
La prise de poids
Les maux de tête
Des problèmes sexuels
Des problèmes de somnolence
Enfin, il est recommandé d'attendre au moins cinq semaines avant de prendre un IMAO si vous avez pris un ISRS précédemment. Combiner les ISRS avec les IMAO présente un risque mortel appelé Syndrome sérotoninergique (surdosage de sérotonine au niveau des neurones)

Inhibiteurs de la monoamine oxydase
Nardil
Parnate
Marplan
Emsam
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 20:58

Tuerie familiale : un médicament antidépresseur (ZOLOFT)


Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:06

Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:07




Médicaments : des millirards d'économies possibles..
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:11

Ayant quelques soucis avec les hébergements de mon site et de mon blog, ils ne sont plus en ligne en ce moment.
En attendant, je vous propose cette version temporaire de mon site pour que vous ayez toujours accès à de l'information pour démarrer ou continuer votre sevrage.
Mes vidéos sont toujours disponibles sur YouTube:

Conseils vidéos pour arrêter la médication psychotrope (antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques)

Méthode de titration (réduction adaptée)

Après l'arrêt de la médication

Emission sur les antidépresseurs ISRS dans laquelle je témoigne

Mon Blog:

Mon témoignage
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:12

Publiée le 4 nov. 2012
http://carole.blogsite.org

Mon témoignage: http://www.psychotropes.info/furax/pa...
Mon site: http://www.psychotropes.info
Catégorie
Vie pratique et style
Licence
Licence YouTube standard
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:14

photo vive


On m'a souvent conseillé d'écrire un livre sur ce qui m'était arrivé pour que d'autres sachent ce qui peut se passer lorsqu'on est trop crédule.

J'avais 18 ans lorsque mon calvaire a commencé, j'en ai maintenant 34 et je relève à peine la tête.

A 18 ans, on est encore très confiant en l'avenir et en l'humanité. Et donc, à aucun moment je n'ai pensé que je devais me méfier des personnes qui prenaient soin de moi: A aucun moment, je n'ai pensé que la médecine pouvait nuire à la santé d'une personne.

Quand on sait que le médecin doit toujours oeuvrer pour le bien de son patient en gardant en tête la célèbre formule latine: "primum non nuocere" qui veut dire: "en premier lieu ne pas nuire", on se demande comment ils peuvent agir comme ils le font.

Un médecin doit toujours respecter la personnalité, la volonté et les droits de ses patients. Il doit également veiller à ne jamais abuser de sa position et à ne jamais exploiter la dépendance de son patient.

Eh bien tout cela n'a été que de la théorie pour les médecins qui se sont occupés de moi, car dans la pratique, leur devise pourrait être: pognon, pognon, surtout du pognon.

C'est un peu cru ce que je dis pensez-vous. Effectivement, ils ne sont pas tous comme cela. Pour exemple, je pourrais déjà vous parler de ma doctoresse généraliste qui a toujours été là pour moi et qui m'a toujours traitée en Etre humain.

Les médecins dont je parle font partie d'une catégorie à part, ils appartiennent à la psychiatrie. La psychiatrie est vraiment une branche très spéciale, je ne considérerais jamais les personnes qui la pratiquent comme des médecins, ce sont des businessmen! Ils font de la détresse des autres leur gagne-pain et ne se privent pas pour abuser de leur position d'hommes de science et de la dépendance de leurs patients fragilisés par la vie.

Ils vont donc à l'encontre de l'éthique et du code de déontologie qu'est sensé respecter tout bon médecin.

J'avais 18 ans, j'étais en troisième et dernière année de gymnase. J'avais mis tellement d'énergie pour réussir mes deux premières années que je commençais à fatiguer nerveusement. Le sommeil me faisait sérieusement défaut et la fatigue me gagnait de jour en jour. J'avais tellement peur de ne pas être à la hauteur en commençant le gymnase, que depuis le début j'avais mis ma vie d'adolescente entre parenthèses. J'avais arrêté de sortir, de faire du sport, de voir des amis, de faire la fête; j'avais vraiment arrêté de vivre pour pouvoir me consacrer entièrement à mes études.

Je passais tout mon temps à étudier, c'était devenu ma raison de vivre, je m'y accrochais comme à une bouée en pleine mer un jour de tempête. J'avais investi tout mon Etre dans cette activité.

Evidemment, la pression qui en découlait était énorme. Je m'étouffais dans cette quête de réussite. Et ce qui devait arriver, arriva: La pression étant devenue trop forte, la digue a cédé et je me suis mise à pleurer tous les soirs en rentrant des cours.

Je n'arrivais plus à dormir et par conséquent plus à me reposer. La fatigue m'ayant ainsi envahie, mes nerfs lâchaient tous les soirs et les larmes se mettaient à couler sans que je puisse les arrêter.

Je ne trouvais aucun réconfort auprès de ma mère qui était elle débordée par ses propres inquiétudes. Je ne devenais pour elle qu'un souci supplémentaire venant se greffer sur ses angoisses.

Je comprends d'ailleurs très bien qu'étant incapable de me venir en aide, elle ait décidé d'accepter l'aide qu'on lui proposait.

Ainsi, je me retrouvais assise juste à coté de ma mère, dans une toute petite pièce, en face de quatre professionnels de la santé. Il y avait la psychologue qui me suivait depuis quelques temps à la demande de ma mère et trois personnes venant de Nant.

Je me suis retrouvée dans cette situation, car la psychologue qui me suivait ne s'occupait que des enfants et ayant eu 18 ans cette année-là, elle ne pouvait ou ne voulait plus assurer mon suivi. Elle a donc dit à ma mère qu'il valait mieux me confier à des spécialistes pour adultes.

Donc, dans cette pièce, se trouvaient en face de moi: un infirmier psychiatrique, un psychiatre de Nant. Je ne les avais jamais vus avant, mais il était apparemment clair pour eux qu'il fallait m'interner en hôpital psychiatrique sur le champ. Ils étaient venus là pour ça et ils ne repartiraient pas sans avoir atteint leur but.

Je ne sais pas ce que la psychologue leur a dit, mais je pense qu'elle a été dépassée par les événements pour qu'on en arrive à un tel résultat.

Ils ont tenté pendant plus de trois heures de me faire céder. Mais rien de ce qu'ils pouvaient me dire ne me donnait la moindre envie de les suivre. Quelle personne sensée aurait envie qu'on l'enferme dans un hôpital psychiatrique alors qu'elle est en train de suivre de études qui la passionnent et qui lui promettent un avenir professionnel de toute beauté?

Certes, j'avais besoin de revoir mes priorités. Mes notes pendant ces deux premières années de gymnase avaient toujours été très bonnes. Je figurais parmi les trois premiers de la classe. J'aurais simplement dû lever le pied et reprendre quelques activités d'adolescente. Ma moyenne aurait peut-être un peu chuté, mais pas au point de me faire échouer. Finalement, j'avais juste besoin qu'on me dise que le vie ne se résumait pas à réussir son baccalauréat et que j'avais le droit de vivre mon adolescence en même temps que mes études.

Mais alors comment me suis-je retrouvée, un soir après une journée de cours, à devoir me battre pour ne pas être internée? Comment en sont-ils venus à cette idée?

Et j'ai bien lutté, j'ai tenu plus de trois heures assaillie par leurs arguments en faveur d'un internement. Je me suis battue, j'ai résisté, je ne voulais pas qu'on m'enferme. Je n'avais rien à faire là-bas. J'y étais presque quand ils ont prononcé la phrase qui m'a fait céder:

"Tu vois ce que tu fais subir à ta mère !"

Là, j'ai craqué....


Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:17

musique

Le sevrage peut se référer à toute sorte de séparation, mais est plus communément utilisé pour décrire le groupe de symptômes qui surviennent lors d'un arrêt progressif ou brutal de dosages durant des prises de médicaments, drogues / substances associées et alcool. Avant de faire l'expérience du syndrome de sevrage1, un individu développe, en premier lieu, une dépendance (ou répercussion) physique et / ou mentale (dépendance chimique). Cela survient lors de prises substantielles durant une période plus ou moins longue, et dont les doses ingérées dépendent. Ce trouble est caractérisé par un certain nombre de symptômes neurologiques centraux et périphériques, neuropsychiques, neurovégétatifs et métaboliques.
Cet arrêt peut se traduire par un « phénomène de rebond » (augmentation des symptômes déjà présents avant la dépendance). De plus, les symptômes observés pendant le syndrome de sevrage sont souvent opposés à ceux observés en cas d'intoxication avec la substance. L'intensité du syndrome de sevrage est généralement lié à la durée et au degré d'addiction.
Le terme tend à se généraliser et il est alors question de « sevrage d'une ventilation assistée » lors de la sortie du coma2.
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:23

musique

La dépendance apparaît rapidement et les notices des molécules mentionnent un arrêt de la prise de substances par palier pouvant aller de quelques semaines à plusieurs mois, voire années. Les antidépresseurs de type Inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRI), et particulièrement la paroxétine entrainent bien souvent de graves symptômes de sevrage.
Benzodiazépines[modifier]
La dépendance peut apparaître après un traitement aux benzodiazépines poursuivi plusieurs semaines. Après un délai d'un à dix jours après la dernière prise, le sevrage est acquis, la durée et l'intensité varient en fonction de la molécule concernée.
Les symptômes du sevrage sont une anxiété, de l'irritabilité, des troubles du sommeil, des douleurs diffuses, des troubles sensoriels et digestifs. La tension artérielle peut subir une hypotension orthostatique. Dans ses formes les plus sévères, le sevrage s'accompagne de délire psychotique, de convulsions, d'hallucinations et de malaise avec perte possible de connaissance (crise comitiale).
Le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines se produit chez 10 à 15 % des patients, les manifestations de sevrage ne disparaissent qu’après plusieurs mois, voire plusieurs années (jusqu'à 10 ans)4. La raison n'est pas encore claire. Les neurotoxiques seraient stockés dans les corps gras du corps humain, en particulier dans le cerveau5[réf. insuffisante].
L'origine génétique des troubles prolongés dus au sevrage aux benzodiazépines aurait été découverte par Oregon Health & Science University6. Les principaux symptômes de sevrage de longue durée sont l’angoisse, l’insomnie, la dépression, divers symptômes sensoriels et moteurs, des troubles gastro-intestinaux, ainsi que des troubles de la mémoire et des troubles cognitifs7. Les professeurs Heather Ashton, Malcolm Lader, Peter Breggin et David Cohen travaillent sur ce syndrome4. Le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines est un état iatrogène.
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:25

Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:26

Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:27

photo vive


Vidéo 2: Après-sevrage: Anxiété, problèmes de sommeil, dépression!!

Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:28

Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:29

:Neutral:

Carole Advices
En 2008, je me suis sortie de la médication psychotrope (antidépresseurs, anxiolytiques et neuroleptiques) après plus de 13 ans de dépendance sur ordonnance.

Voici mes conseils pour sortir de cet enfer.
Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:31

Revenir en haut Aller en bas
ADAH-YONATH-77
SAVANT
SAVANT
avatar

Féminin
Nombre de messages : 175
Localisation : Jérusalem
Emploi/loisirs : Biologiste
Humeur : Cool
Réputation : 0
Points : 232
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:33

cafe

les benzodiazépines sont des poisons pour le coprps et l'esprit en vente légalement alors qu'ils détruisent des vies!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74342
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113253
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:42

photo vive

c'est poison se zolopte , faite attention , si vous etes malades prenaient, le peu de temps normalement que une 15 DE jours c'est largement suffisant ,car ensuite c'est l'enfer plus dure que la drogue cocaine ect le sevrage et $ horrible mais quand ont en sort ont doit revivre !!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74342
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113253
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:44

:Neutral:

Cocaïnomanie ou dépendance aux amphétamines[modifier]
Le sevrage de la cocaïne ou des amphétamines dure quelques jours après l'arrêt des substances mais peuvent persister jusqu'à dix semaines après.
Les symptômes sont un état de malaise et un sentiment négatif général (dysphorie), une immense fatigue généralisée (asthénie), une incapacité à éprouver de la joie (anhédonie), des troubles du sommeil comme le somnambulisme ou le fait de parler en dormant (dyssomnie) et un état dépressif.
Caféïnisme[modifier]
Le sevrage de la caféine dure de deux à trois jours après l'arrêt avec une persistance des symptômes pouvant aller jusqu'à plusieurs semaines. Ces derniers consistent en une irritabilité, de très forts maux de tête, la bradycardie, un état dépressif et une nette diminution des performances cérébrales due au faible taux de dopamine.
Opiomanie[modifier]
Les effets du sevrage aux opiacés comme l'héroïne, commencent à se faire sentir entre six à douze heures après la dernière prise et disparaissent en une semaine. Pour les produits de substitution (méthadone, buprénorphine), les symptômes sont décalés dans le temps et plus longs.
Physiquement, de l'agitation, des lombalgies, une sensibilité accrue à la douleur (hyperalgésie), des larmoiements, un rhinorrhée, une augmentation de la transpiration, l'accélération du transit intestinal avec diarrhée et parfois vomissements, de la tachycardie, de l'hypertension et une dilatation anormale des pupilles (mydriase) peuvent être perçus. Les effets sur le psychique incluant anxiété, irritabilité, pensées obsédantes autour du produit, des troubles du sommeil et/ou un état dépressif. Sueurs froides, bouffés de chaleur, changements de température, incapacité de se sentir à l'aise dans son corps. Le sevrage brutal (cold turkey) dure de 5 à 15 jours, dépendamment de la dose pour l'héroïne, l'oxycodone, l'hydromorphone et la morphine. Pour ce qui est de la méthadone, en cas de sevrage du jour au lendemain, Les effets de sevrage peuvent durer jusqu’à 2 mois.
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74342
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113253
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:45

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74342
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 113253
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   Dim 17 Mar 2013 - 21:50

cafe

http://www.psychotropes.info/furax/partie-1.html


ont se soigne et ont s'empoisonne la vie , personne ne vous dit que le sevrage , c'est pas une partie de plaisir , ne faite pas cela sans medecin !!
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Effets de sevrage du zoloftfleur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Effets de sevrage du zoloftfleur
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les symptômes de sevrage des médicaments psychiatriques
» Sevrage du traitement anti-épiteptique
» Le sevrage, comment doit-on s'y prendre?
» Stérilet et effets secondaire
» sevrage partiel , diversification alimentaire reprise de travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MAISON TRANQUILLE  :: Un médicament !sos! :: maladies solutions :: mieux comprendre !-
Sauter vers: