LA PETITE MAISON TRANQUILLE
Bienvenue à vous dans la petite maison tranquille

forum sur les inventions et liens divers :
bonne route à vous !
ici c'est comme un dictionnaire , les liens sont prit sur des magazines ect !!!
MOT CLÉ
invention, liens, divers, comme, papi, enfants, découvertes, inventions, humours, découverte, jeux, année, 2008, début, téléphone, exemple, , . quiz , liens ,divers , le saviez vous, pourquoi , dit papi ; planet, poèmes, citation, vrai ,faux ,abcd, invention, informatique , juridique,images liens , cuisine liens , astuces livres; cadeaux , emplois liens ,voyages..science , découverte, brocante liens...tout le monde en parles . musique liens; cinéma liens ... actualité ...les inventions concours l’épine ... ,
2012
Bonjour.
 2. 你叫什么名字?
Nǐ jiào shénme míngzi?
Comment t’appelles-tu ?
 3. 这是我的名片。
Zhè shì wǒ de míngpiàn.
Voici ma carte de visite.
 4. 好久不见。
Hǎojiǔ bújiàn.
Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus !
fleur

LA PETITE MAISON TRANQUILLE

INVENTION INVENTEUR INVENTION
 
AccueilportailÉvènementsFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Expérience d'Oersted,invention;fleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:45

:I love you:


Expérience d'Oersted


Photo d'un aimant lévitant au-dessus d'un supraconducteur.





Un aimant permanent ou aimant dans le langage courant, est un objet fabriqué dans un matériau magnétique
dur, c’est-à-dire dont le champ rémanent et l'excitation coercitive
sont grands (voir ci-dessous). Cela lui donne des propriétés
particulières liées à l'existence du champ magnétique, comme celle
d'exercer une force d'attraction sur tout matériau ferromagnétique.
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:45

:I love you:

Photo d'un aimant lévitant au-dessus d'un supraconducteur.





Un aimant permanent ou aimant dans le langage courant, est un objet fabriqué dans un matériau magnétique
dur, c’est-à-dire dont le champ rémanent et l'excitation coercitive
sont grands (voir ci-dessous). Cela lui donne des propriétés
particulières liées à l'existence du champ magnétique, comme celle
d'exercer une force d'attraction sur tout matériau ferromagnétique.
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:46

:I love you:

Le magnétisme est un phénomène physique, par lequel se manifestent des forces attractives ou répulsives d'un objet sur un autre, ou avec des charges électriques en mouvement. Ces objets, dits magnétisables, sont susceptibles de réagir au champ magnétique par une réaction d'orientation et/ou de déplacement dépendante de la force et de l'orientation. Cette force s'effectue par l'intermédiaire du champ magnétique, et est produite par des charges en mouvement ou des aimants.
:I love you:

En 1820, le danois Hans Christian Oersted observe qu'à proximité d'un fil rectiligne parcouru par un courant électrique, l'aiguille d'une boussole dévie.
« Le déplacement de charges électriques induit un champ magnétique. »
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:47

:Razz:
Le phénomène fut découvert en 1911 par un physicien néerlandais Heike Kamerlingh Onnes et son équipe composée de Gilles Holst, Cornelis Dorsman, et Gerit Flim. Kamerlingh Onnes avait réussi à liquéfier pour la première fois de l'hélium en 1908 ce qui lui permit de mener des mesures physiques jusqu'à des températures de 1,5 K (-271,6 °C). Il entreprit alors un programme de mesures systématiques des propriétés de la matière à très basse température, en particulier la mesure de la résistance électrique des métaux. Le 8 avril 1911, l'équipe mesure que la résistivité électrique (ou résistance électrique) du mercure devient nulle en dessous d’une certaine température appelée température critique Tc, de l'ordre de 4,2 K pour le mercure. C'est la première observation d'un état supraconducteur. Des légendes attribuaient le mérite de la découverte seulement à l'étudiant de K. Onnes, Gilles Holst, mais le cahier d'expérience découvert récemment écrit de la main même de Kamerlingh Onnes montre que ce dernier était bien aux commandes de l'expérience ce jour là, Gilles Holst mesurant la résistance électrique avec un Pont de Wheatstone, Cornelis Dorsman, et Gerit Flim s'occupant des aspects de cryogénie2. Pour l'ensemble de son travail lié à la liquéfaction et l'utilisation de l'hélium liquide, Kamerlingh Onnes a reçu le prix Nobel de physique en 1913.
Des expériences avec de nombreux autres éléments montrèrent que certains possédaient des facultés de supraconductivité, mais d'autres non : citons en 1922, le plomb à 7 K3 et en 1941, le nitrure de niobium à 16 K4.
En 1933, Meissner et Ochsenfeld découvrent que les supraconducteurs repoussent le champ magnétique, un phénomène connu sous l'appellation d'effet Meissner5. En 1935, les frères Fritz et Heinz London ont montré que l'effet Meissner est une conséquence de la minimisation de l'énergie libre transportée par le courant supraconducteur6.
C'est en 1950 que l'on constate que la température critique dépend de la masse isotopique7,8.
En 1950, une théorie phénoménologique dite de Ginzburg-Landau fut élaborée par Lev Landau et Vitali Ginzburg9. Cette théorie a été un succès pour expliquer les propriétés macroscopiques des supraconducteurs en utilisant l'équation de Schrödinger. En particulier, Alexei Abrikosov montra qu'avec cette théorie on peut prévoir qu'il existe deux catégories de supraconducteurs (appelés type I ou type II)10. Abrikosov et Ginzburg ont reçu le prix Nobel 2003 pour ce travail (Landau étant décédé en 1968).
Une théorie complète de la supraconductivité fut proposée en 1957 par John Bardeen, Leon Cooper et John Schrieffer11. Connue comme théorie BCS, d'après leurs initiales, elle explique la supraconductivité par la formation de paires d'électrons (paires de Cooper) formant alors des bosons interagissant avec des phonons. Pour leur travail, les auteurs reçurent le prix Nobel de physique en 1972.
En 1959, Gorkov montra que la théorie BCS se ramène à la théorie de Ginzburg-Landau au voisinage de la température critique d'apparition de la supraconductivité12.
En 1962, les premiers fils supraconducteurs (un alliage de niobium-titane) sont commercialisés par Westinghouse. La même année, Brian Josephson prévoit théoriquement qu'un courant peut circuler à travers un isolant mince séparant deux supraconducteurs13 ; ce phénomène qui porte son nom, l'effet Josephson, est utilisé dans les SQUIDs. Ces dispositifs servent à faire des mesures très précises de h/e, et combiné avec l'effet Hall quantique, à la mesure de la constante de Planck h. Josephson a reçu le prix Nobel en 1973.
En 1986, Johannes Bednorz et Karl Müller ont découvert une supraconductivité à une température de 35 K dans des matériaux de structure perovskite de cuivre à base de lanthane14 (Prix Nobel de physique, 1987).
Très rapidement en remplaçant le lanthane par de l'yttrium, i.e. en produisant de l'YBa2Cu3O7, la température critique est montée à 92 K15, dépassant la température de l'azote liquide qui est de 77 K. Cela est très important car l'azote liquide est produit industriellement à bas prix et peut même être produit localement. Beaucoup de cuprates supraconducteurs ont été produits par la suite et les mécanismes de cette supraconductivité sont encore à découvrir. Malheureusement, ces matériaux sont des céramiques et ne peuvent être travaillés aisément. De plus, ils perdent facilement leur supraconductivité à fort champ et donc les applications se font attendre. Les recherches se poursuivent pour diminuer la sensibilité aux champs et pour augmenter la température critique. Après la température de l'azote liquide, atteinte, le seuil psychologique et économique est la glace carbonique (-78,5 °C).
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:47

:I love you:
Le 31 mai 2007, une équipe de physiciens franco-canadienne a publié dans la revue Nature une étude16 qui, selon un communiqué du CNRS17, permettrait d'avancer sensiblement dans la compréhension de ces matériaux.
En janvier 2008, l'équipe du professeur Hosono du Tokyo Institute of Technology a rapporté l'existence d'une nouvelle classe de supraconducteurs (les pnictides, de type ROFeAs ; où R est une terre rare) dopé avec du fluor sur le site de l'oxygène18. La température critique maximale était de 28 K. Cette découverte a surpris l'ensemble de la communauté scientifique en raison de la présence du fer dans un supraconducteur ayant une aussi haute température critique. En août 2008, il semble y avoir un consensus indiquant que le fer joue un rôle majeur dans la supraconductivité de ces matériaux. Actuellement, des centaines de travaux sont publiés montrant l'enthousiasme de la communauté scientifique à propos de cette découverte. Un certain nombre de groupes ont rapporté une température critique maximale de l'ordre de 56 K dans le cas où R est une terre non magnétique. Fin mai 2008, le groupe du professeur Johrendt de l'université de Munich rapporte la supraconductivité dans le composé Ba0,6K0.4Fe2As2 avec une Tc de l'ordre de 38 K19. Ce composé possède une structure cristallographique très proche de celle de LaOFeAs. Cette découverte est importante car elle montre que l'oxygène n'a aucun rôle dans le mécanisme de supraconductivité dans cette nouvelle classe de supraconducteurs. Le magnétisme semble en cause, comme pour les cuprates.
Propriétés élémentaires[modifier]

Un supraconducteur est un matériau qui, lorsqu'il est refroidi en dessous d'une température critique Tc, présente deux propriétés caractéristiques, qui sont :
une résistance nulle ;
un diamagnétisme parfait.
L'existence de ces caractéristiques, communes à tous les supraconducteurs conventionnels, permet de définir la supraconductivité comme résultant d'une transition de phase. L'étude des variations des propriétés physiques des supraconducteurs lorsqu'ils passent dans l'état supraconducteur confirme ceci et établit que la transition supraconductrice est une véritable transition de phase.
Résistivité nulle[modifier]


Câbles d'alimentation des expériences du CERN : en haut, les câbles du LEP ; en bas, les câbles du LHC, supraconducteurs (même puissance).
L'absence totale de résistance électrique d'un supraconducteur parcouru par un courant limité est évidemment leur propriété la plus connue. C'est d'ailleurs celle-ci qui a donné son nom au phénomène.
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:49

:I love you:

http://fr.wikipedia.org/wiki/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Magn%C3%A9tisme

Lorsque les atomes sont éloignés les uns des autres dans la structure cristalline, le couplage favorise un alignement de ces aimants élémentaires. C'est le cas du Fer α (structure cubique centrée), du nickel, du cobalt et, plus faiblement, de certains métaux de la famille des terres rares comme le Gadolinium. Quelques alliages dont les mailles sont grandes peuvent avoir cette propriété.
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:50

:I love you:

L'antiferromagnétisme est une propriété de certains milieux magnétiques. Dans cet article, on ne traite que de l'antiferromagnétisme localisé, les électrons responsables du magnétisme ne participant pas à la conduction électronique. Il est également possible d'observer un état analogue à l'antiferromagnétisme avec des électrons itinérants, on parle alors d'onde de densité de spin.
Dans un milieu antiferromagnétique, les interactions d'échange entre les spins électroniques localisés tendent à aligner les spins plus proches voisins dans la même direction mais avec des orientations opposées. De nombreux oxydes et halogénures de métaux de transition sont antiferromagnétiques. Il existe également des solides organiques qui sont antiferromagnétiques. Contrairement au cas du ferromagnétisme, l'état fondamental d'un système antiferromagnétique dépend de sa dimensionalité, du spin total des moments magnétiques électroniques, et de l'existence de frustration géométrique.
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:51

:I love you:

Dans le cas le plus simple (dimensionnalité suffisamment élevée et absence de frustration géométrique), l'état fondamental présente un ordre de Néel, dans lequel le système de spin se décompose en deux sous-réseaux, tels que l'aimantation par site de l'un des sous-réseau soit M, et celle de l'autre sous-réseau soit − M. Cet ordre a été proposé par le physicien français Louis Néel en 1936 à partir d'un modèle semi-classique du magnétisme. Cette théorie lui a valu le prix Nobel en 1970.
:I love you:

Difficultés du cas quantique[modifier]
Dans le cas quantique, on peut partir du traitement classique de Néel, et construire une fonction d'onde pour les spins quantiques telle que tous les spins sur l'un des sous-réseaux soient dans l'état Sz = + S et tous les spins de l'autre sous-réseau soient dans l'état Sz = − S. Cette fonction d'onde est appelée état de Néel. Toutefois, l'état de Néel n'est pas un état propre exact du Hamiltonien de Heisenberg qui décrit la dynamique quantique des spins. En particulier, on peut montrer que l'état propre exact du Hamiltonien de Heisenberg antiferromagnétique est un état de spin total zéro (Marshall 1955; Lieb et Mattis, 1962; Lieb 1989) alors que l'état de Néel n'est pas invariant par rotation. Il résulte du fait que l'état de Néel n'est pas un état propre exact que l'aimantation alternée par site est réduite par les fluctuations quantiques et est toujours inférieure à S. Ces fluctuations autour de l'état de Néel peuvent être décrites comme des magnons présents même à T=0 (contrairement au cas ferromagnétique). La réduction de l'aimantation alternée est particulièrement forte lorsque les spins sont petits et la dimensionnalité est faible. On peut démontrer rigoureusement (Lieb, Dyson et Simon 1978 ; Kennedy Lieb et Shastry 1988) qu'en dimension 3, l'état fondamental du modèle de Heisenberg antiferromagnétique possède un ordre de Néel pour tout spin . En dimension 2, le même résultat est valable pour tout spin . Le cas d = 2,S = 1 / 2 a été étudié de façon extensive par des méthodes numériques, en raison de son importance pour les cuprates supraconducteurs non dopés. Ces études montrent que le fondamental du modèle de Heisenberg en dimension 2 avec spin 1/2 possède aussi un ordre de Néel.
Étude expérimentale[modifier]
Du point de vue expérimental, il est nécessaire pour mettre en évidence l'ordre de Néel d'utiliser une technique sensible au champ magnétique au niveau des atomes puisque les aimantations des sous-réseaux se compensent à l'échelle macroscopique. Parmi ces techniques, on peut citer la diffraction des neutrons qui a permis dans les années 1950 d'observer des pics de diffraction magnétiques dans MnF2. Une autre technique possible est la résonance magnétique nucléaire avec la mesure du déplacement de la raie de résonance RMN due au couplage hyperfin des spins nucléaires avec les spins électroniques (dont le signe dépendra du sous-réseau sur lequel se trouve le noyau atomique considéré). À la différence de la résonance magnétique nucléaire, la spectroscopie Mossbauer utilise des noyaux radioactifs (par exemple le Fer 57). Le couplage hyperfin produit un déplacement du spectre gamma émis par le noyau radioactif. L'analyse de ce spectre gamma permet donc de mettre en évidence l'ordre antiferromagnétique. Enfin, les muons sont également sensibles aux champs magnétiques à l'échelle atomique et l'implantation de muons dans un antiferromagnétique permet également de sonder les champs locaux.
L'application d'un champ magnétique sur un état de Néel produit un état de spin-flop.
Au-dessus d'une certaine température, appelée point de Néel, les aimantations moyennes des deux sous-réseaux sont nulles, et le corps devient paramagnétique. Au-dessus de la température de Néel, la susceptibilité magnétique varie comme .
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:51

:I love you:

L'histoire des aimants commence dans l'Antiquité. En Chine, puis un peu plus tard en Grèce, les hommes découvrent une pierre noire, la pierre d'aimant, qui a l'étrange pouvoir d'attirer le fer. Qui plus est, cette pierre a la capacité de transmettre son pouvoir au fer1. Dans l'Antiquité, Pline l'ancien écrivait : « Il y a auprès du fleuve Indus
deux montagnes, dont l'une retient et l'autre repousse toute espèce de
fer (XXXVI, 25); de la sorte, si l'on porte des clous aux souliers, dans
l'une on ne peut pas retirer son pied, dans l'autre on ne peut pas le
poser2. »
Partout où ces étonnantes propriétés de la magnétite sont remarquées, apparaissait la tentation de l'associer à la magie : «
Une pierre d'aimant placée sous l'oreiller d'une épouse infidèle avait
le pouvoir, disait-on, de lui faire avouer sa faute. La croyance
populaire attribuait à l'aimant une telle force qu'un seul fragment
suffisait pour guérir toute sorte de maux et même servir de contraceptif1. » Vers l'an Mille, en Chine, la boussole (appelée « aiguille du sud »3),
première application de la propriété d'aimantation, fait son apparition
dans la navigation maritime. Cette boussole ou marinette est constituée
d'une aiguille de fer aimantée par contact avec la pierre d'aimant,
sera introduit en Europe environ deux siècles plus tard. Le champ magnétique
terrestre à l'origine de l'aimantation de la magnétite a permis à
l'homme muni d'une marinette de mieux se situer dans l'espace et donc de
l'explorer. Christophe Colomb, à l'aide de son compas, peut ainsi filer droit sur « Cipangu »4. Samuel Purchas fait remarquer un siècle à peine après la mort de Colomb que « la pierre d'aimant est la pierre angulaire5, la semence même d'où nait la découverte. »
William Gilbert, dans son De Magnete
(1600), effectue pour la première fois la distinction entre corps
électriques (il introduit ce terme) et magnétiques. Il assimile la Terre
à un aimant, note les lois de répulsion et d'attraction des aimants par
leur pôle et l'influence de la chaleur sur le magnétisme du fer. Il
donne aussi les premières notions sur l'électricité, dont une liste des
corps électrisables par frottement. Les propriétés d'aimantation sont
alors indissociablement liées à la magnétite. Encore jusqu'à très
récemment, un aimant est défini comme « un oxyde naturel de fer qui attire le fer et quelques métaux6. »
La magnétite (Fe3O4)
n'est pas le seul composé aimant. Les mêmes propriétés ont été trouvées
dans de nombreux autres composés minéraux. Les applications se sont
multipliées. Aujourd'hui, on trouve des aimants dans des domaines aussi
divers que la santé, les moteurs électriques qui sont, de fait, des moteurs magnétiques, les télécommunications, etc4.
Le volume de vente d'aimants dans le monde occidental qui dépassait dix milliards de Francs (1,5 milliard d'Euros) par an en 19947reflète leur importance dans le monde actuel4.
Pôles[modifier]
Revenir en haut Aller en bas
musique

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4394
Localisation : france
Emploi/loisirs : marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 7005
Date d'inscription : 18/03/2010

MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   Mar 13 Déc 2011 - 21:54

:I love you:

http://www.wikidebrouillard.org/index.php/Aimant


Origine

On trouve des aimants à l'état naturel : la magnétite. Ce minéral à été utilisé pour réaliser les premières boussoles par les chinois.

Composition chimique

Il existe plusieurs types d'aimant :

en magnétite
autres
Propriétés

électro-magnétique.
Un aimant qui s'agite à proximité d'un fil électrique génère un courant électrique.
Un courant électrique génère un champ magnétique.
s'oriente selon le champ magnétique terrestre (dans le cas de la boussole).
Comme la gravité (l'attraction terrestre), la force d'attraction d'un aimant est inversement proportionnelle au carré de la distance. C'est pour cela que lorsqu'on approche un aimant d'un trombone, celui-ci est brusquement attiré et plus il s'approche de l'aimant, plus il accélère.
Expériences qui utilisent ce matériel

Quelles sont les expériences sur l'électromagnétisme que l'on peut faire avec un aimant ? Celles qui utilisent l'attraction magnétique.

Sur Wikidébrouillard
Voiture aimant
Pac Limaille Replicator
Faire bouger avec de l’électricité
Boussole
Aimant qui tombe au ralenti
Moteur électrique simple à fabriquer
Réaction en chaîne
Le rail de Laplace
Boussole à fabriquer
Autres expériences utilisant ce matériel
Un aimant en lévitation sur le film d'Emmanuèle Lagrange "lévitation magnétique" [Cité des sciences].
Où le trouver facilement ?

dans les pharmacie vétérinaires on trouve de gros aimant à Vache utilisé pour que les clous et bouts de ferraille divers avalés lorsque la vache broute soient regroupés dans l'estomac.
dans les magasins de bricolage, on trouve divers aimants de porte de placard, de puissances différente !!!
Utilisations dans la vie quotidienne

Fermeture des portes de placard.
Fermeture de sac à main.
Aimant de couturière pour regrouper les aiguilles.
Boussole
Dynamo de vélo
Tout générateur électrique à manivelle.
....
Plus d'informations sur Aimant

L'Aimant sur Wikipédia
Les aimants des accélérateurs du futur seront-il en bismuth ? : article de Futura-sciences
Catégories : Matériel | Électromagnétisme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Expérience d'Oersted,invention;fleur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Expérience d'Oersted,invention;fleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
»  Aluminium ( 1854)invention!fleur
» Poêle Téfal invention ((fleur))
»  Ascenseur ( invention )!fleur
» construction à énergie positive invention !!fleur
» Le sucre d'orge invention ;fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MAISON TRANQUILLE  :: les inventions,72!fleur! :: 72 invention!fleur!construction :: Inventions des A-
Sauter vers: