LA PETITE MAISON TRANQUILLE
Bienvenue à vous dans la petite maison tranquille

forum sur les inventions et liens divers :
bonne route à vous !
ici c'est comme un dictionnaire , les liens sont prit sur des magazines ect !!!
MOT CLÉ
invention, liens, divers, comme, papi, enfants, découvertes, inventions, humours, découverte, jeux, année, 2008, début, téléphone, exemple, , . quiz , liens ,divers , le saviez vous, pourquoi , dit papi ; planet, poèmes, citation, vrai ,faux ,abcd, invention, informatique , juridique,images liens , cuisine liens , astuces livres; cadeaux , emplois liens ,voyages..science , découverte, brocante liens...tout le monde en parles . musique liens; cinéma liens ... actualité ...les inventions concours l’épine ... ,
2012
Bonjour.
 2. 你叫什么名字?
Nǐ jiào shénme míngzi?
Comment t’appelles-tu ?
 3. 这是我的名片。
Zhè shì wǒ de míngpiàn.
Voici ma carte de visite.
 4. 好久不见。
Hǎojiǔ bújiàn.
Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus !
fleur

LA PETITE MAISON TRANQUILLE

INVENTION INVENTEUR INVENTION
 
AccueilportailÉvènementsFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qui sont les indics d'aujourd'hui ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71702
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 110069
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Qui sont les indics d'aujourd'hui ?   Mer 5 Oct 2011 - 8:48

rabbit

Après 18 mois d'enquête et de nombreux entretiens avec la haute hiérarchie, les enquêteurs de terrain, les différents services spécialisés de la police, la gendarmerie et la douane, et leurs différents informateurs, le journaliste Christophe Cornevin, grand reporter au "Figaro", publie mercredi 4 octobre "Les Indics" aux éditions Flammarion.

"Tout lien avec l'actualité n'est que pur hasard" assure le journaliste, dont l'ouvrage sort en pleine "affaire Neyret" et la mise en examen du numéro 2 de la PJ lyonnaise pour, notamment, corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, détournement de biens et violation de secret professionnel.



"Le Nouvel Observateur" a questionné Christophe Cornevin mardi 4 octobre.



Qui sont les indics d'aujourd'hui ?

- Il y a en fait trois familles d'indics. Tout d'abord celle des occasionnels, des témoins d'un fait, d'un crime ou d'un délit qui en rendent compte à la police en fonction de ce qu'ils ont vu et ne sont pas rémunérés.

La seconde famille est celle des informateurs plus réguliers, qui travaillent avec les gendarmes et qui sont notamment basés en zone rurale et péri rurale. Les gendarmes, qui couvrent 95 % du territoire et sont répartis en 3.200 brigades, ont un système plus récent, actuellement en fin de rodage, qu'ils appellent 'stratégie d'intelligence territoriale' et qui vise à recueillir des informations auprès d'informateurs réguliers de manière informelle. Tous sont bénévoles et peuvent être garagistes (ils peuvent remarquer une voiture maquillée), armuriers, brocanteurs (ils peuvent remarquer une pièce atypique), paysans, patrons d'hôtels ou de boîtes de nuit (ils peuvent voir fleurir une clientèle nouvelle) ou encore maires de petites communes entre 600 et 3.500 habitants. Ils alertent les gendarmes s'ils constatent un phénomène anormal. Le but pour les gendarmes est de faire remonter une information, un tuyau, par jour et par brigade.

Même si elles sont rarissimes, existent également les 'offres de primes', comme celle faite en 2007 par la police pour identifier les tireurs embusqués qui avaient ouvert le feu sur la police à Villiers-le-Bel.

La troisième famille des informateurs concerne la phase judiciaire et les indics professionnels, dont l'écrasante majorité est constituée de voyous ou de gens issus du milieu. Pour avoir des informations sur une filière de drogue ou un réseau de fausse monnaie, il faut être du milieu et avoir un minimum de surface dans le banditisme pour être pris au sérieux.

Comment définir le rôle des indics ?

- Par exemple, dans les domaines de la drogue ou de la fausse monnaie, les policiers travaillent rarement sur la base de plaintes et le plus souvent sur leur propre initiative. Sans indicateurs et face à des filières opaques et des milieux fermés, leur travail est très compliqué. Il se dit que 9 affaires de drogue sur 10 n'auraient pas pu être faites sans le truchement d'un informateur. Aujourd'hui et depuis un certain temps, l'informateur fait partie de la panoplie du policier au même titre que son pistolet. C'est le prolongement de son bras pour plonger le cambouis du banditisme, c'est un joker absolu lui permettant d'être à la fois dedans et dehors.

Comment le système des informateurs s'organise-t-il en interne ?

- La police a 1.700 'tontons', 'indics', 'cousins' ou 'casseroles' (dans le cas où il faut s'assurer de sa fiabilité) répertoriés dans un fichier du bureau central des sources qui dépend de la DCPJ (direction centrale de la police judiciaire). Les gendarmes, quant à eux, s'y sont mis plus tard et ont 750 'sources humaines de renseignement', qui sont les équivalents des informateurs professionnels de la police. Les douaniers, encore, ont environ 2.000 'aviseurs.'

L'identité véritable de l'informateur n'apparaît évidemment pas dans le fichier. A la place de son nom figure un algorithme établi à partir de lettres de son nom, prénom, son sexe et sa date de naissance. Le rayon d'action de l'indic est aussi précisé : un quartier d'une ville, une ville, ou un rayon d'action national voire international s'il s'agit d'un indic de haut niveau. Figurent aussi ses spécialités criminelles : narcos, fausse monnaie, traite des êtres humains,.. Tous ces indics interviennent dans le spectre du haut banditisme.

De quelle manière les indics sont-ils rémunérés ?

- Quand un indic est rémunéré, il l'est en espèces provenant de lignes de crédits claires. Quand il reçoit la somme il signe un reçu, et un bordereau est entré dans la comptabilité. Il n'y a pas de barème précis, mais j'ai appris par exemple qu'un informateur était payé entre 300 et 400 euros s'il donnait un atelier clandestin. La priorité absolue de la police est la drogue, c'est ce qui l'intéresse le plus.

Dans ce domaine-là, il peut arriver de donner 10, 20 ou 30.000 euros à un indic s'il livre une information suffisamment précise sur un trafic intéressant. Ça peut paraître beaucoup pour une seule personne, mais dans la mesure où le kilo de coke vaut aujourd'hui dans les 40.000 euros, si on a une saisie de 250 kg, c'est autant d'argent qui n'est pas réinjecté dans d'autres activités criminelles comme le blanchiment ou autre. A l'heure où les budgets sont corsetés pour les policiers, gendarmes et douaniers et vu les heures d'enquête nécessaires pour les fonctionnaires et les milliers d'euros d'écoutes téléphoniques, un 'tonton' peut faire gagner un temps fou. L'indic, le 'tonton' est devenu une valeur montante.

Comme définir la relation entre les forces de l'ordre et les informateurs ?

- C'est vraiment 'je t'aime moi non plus'. Les policiers et les indics parlent la même langue, s'intéressent aux mêmes choses : le milieu, son évolution, la structure des gangs, le prix de la drogue... Evidemment, les policiers ne sont pas des voyous, mais ils parlent une langue commune, tout en étant ennemis. Leur relation est assez complexe et fascinante.

Qu'a changé la loi Perben de 2004 ?

- Avant, les indics n'étaient pas immatriculés, c'était un peu le système D et un informateur était rétribué, dans le cadre de trafics de drogue, avec environ 10 % des saisies. Si au départ l'informateur ramenait 1 kg, on pouvait lui donner 200 ou 300 g pour amorcer la pompe. Certains fonctionnaires l'ont très mal vécu. D'autant plus qu'en 2002, trois officiers de la sûreté départementale des Hauts-de-Seine qui avaient donné 9 kg de cannabis à un indicateur pour piéger un grossiste ont été mis en examen pour association de malfaiteurs et complicité de trafic de drogue. L'émoi a été énorme et les policiers ont dénoncé cette hypocrisie. Ils sont montés au créneau et ont demandé à ce que cela soit régularisé.

Quelles principales difficultés avez-vous rencontré au cours de votre enquête ?

- Ce milieu est enrayé de tabous. De tabous des policiers et des gendarmes car pendant très longtemps ils n'ont pas voulu révéler ce qu'il se passait dans l'arrière-cuisine. Et aussi car les indicateurs sont très précieux, en activité et qu'il ne faut pas les mettre en danger.

Céline Rastello – Le Nouvel Observateur
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71702
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 110069
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Qui sont les indics d'aujourd'hui ?   Mer 5 Oct 2011 - 8:48

Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71702
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 110069
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Qui sont les indics d'aujourd'hui ?   Mer 5 Oct 2011 - 8:49

:creux:
De quelle manière les indics sont-ils rémunérés ?

- Quand un indic est rémunéré, il l'est en espèces provenant de lignes de crédits claires. Quand il reçoit la somme il signe un reçu, et un bordereau est entré dans la comptabilité. Il n'y a pas de barème précis, mais j'ai appris par exemple qu'un informateur était payé entre 300 et 400 euros s'il donnait un atelier clandestin. La priorité absolue de la police est la drogue, c'est ce qui l'intéresse le plus.

Dans ce domaine-là, il peut arriver de donner 10, 20 ou 30.000 euros à un indic s'il livre une information suffisamment précise sur un trafic intéressant. Ça peut paraître beaucoup pour une seule personne, mais dans la mesure où le kilo de coke vaut aujourd'hui dans les 40.000 euros, si on a une saisie de 250 kg, c'est autant d'argent qui n'est pas réinjecté dans d'autres activités criminelles comme le blanchiment ou autre. A l'heure où les budgets sont corsetés pour les policiers, gendarmes et douaniers et vu les heures d'enquête nécessaires pour les fonctionnaires et les milliers d'euros d'écoutes téléphoniques, un 'tonton' peut faire gagner un temps fou. L'indic, le 'tonton' est devenu une valeur montante.

Comme définir la relation entre les forces de l'ordre et les informateurs ?

- C'est vraiment 'je t'aime moi non plus'. Les policiers et les indics parlent la même langue, s'intéressent aux mêmes choses : le milieu, son évolution, la structure des gangs, le prix de la drogue... Evidemment, les policiers ne sont pas des voyous, mais ils parlent une langue commune, tout en étant ennemis. Leur relation est assez complexe et fascinante.
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71702
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 110069
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: Qui sont les indics d'aujourd'hui ?   Mer 5 Oct 2011 - 8:50

:Neutral:
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui sont les indics d'aujourd'hui ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui sont les indics d'aujourd'hui ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» Vos poêles, elles sont en quoi?
» Les microbes sont parmi nous !!!!!!
» Goderville - Les cloches se sont envolées
» Le racisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MAISON TRANQUILLE  :: (invention)liens juridiques!2 :: (invention)liens juridiques! :: juridique astuces liens-
Sauter vers: