LA PETITE MAISON TRANQUILLE
Bienvenue à vous dans la petite maison tranquille

forum sur les inventions et liens divers :
bonne route à vous !
ici c'est comme un dictionnaire , les liens sont prit sur des magazines ect !!!
MOT CLÉ
invention, liens, divers, comme, papi, enfants, découvertes, inventions, humours, découverte, jeux, année, 2008, début, téléphone, exemple, , . quiz , liens ,divers , le saviez vous, pourquoi , dit papi ; planet, poèmes, citation, vrai ,faux ,abcd, invention, informatique , juridique,images liens , cuisine liens , astuces livres; cadeaux , emplois liens ,voyages..science , découverte, brocante liens...tout le monde en parles . musique liens; cinéma liens ... actualité ...les inventions concours l’épine ... ,
2012
Bonjour.
 2. 你叫什么名字?
Nǐ jiào shénme míngzi?
Comment t’appelles-tu ?
 3. 这是我的名片。
Zhè shì wǒ de míngpiàn.
Voici ma carte de visite.
 4. 好久不见。
Hǎojiǔ bújiàn.
Ca fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus !
fleur

LA PETITE MAISON TRANQUILLE

INVENTION INVENTEUR INVENTION
 
AccueilportailÉvènementsFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 invention du semoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71386
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109651
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: invention du semoir    Ven 4 Fév 2011 - 20:57

:D


Christophe-Joseph-Alexandre Mathieu de Dombasle, couramment C.J.A. Mathieu de Dombasle ou simplement Mathieu de Dombasle, né à Nancy le 26 février 1777 et mort le 27 décembre 1843 dans la même ville, est un agronome français.
Fils d’un grand maître des Eaux & Forêts de Lorraine (titre héréditaire qui lui est enlevé sous la Révolution), aîné de huit enfants (dont trois meurent en bas âge), il fait ses premières études près de ses parents, puis entre à 12 ans au collège de Saint-Symphorien, tenu à Metz par les Bénédictins, mais la dispersion des ordres monastiques et la suspension des établissements d’instruction publique, sous la Terreur, viennent suspendre son élan dans les études. Alors il s’adonne aux beaux-arts, jusqu’à ce qu’il soit dirigé vers les camps militaires, combattant dans la campagne du Luxembourg, jusqu’à ce qu’il soit atteint, à 20 ans, d’une maladie nerveuse dont la petite vérole vient aggraver les effets.
De là il se livre à l’étude de nombreuses langues européennes, des sciences naturelles, mathématiques et physiques, chimiques. À l'époque du blocus continental, sous Napoléon, il entreprend la fabrication du sucre de betteraves, une industrie alors toute nouvelle. Mais la fin du blocus entraîne sa ruine et il se trouve endetté. Il utilise alors les locaux de son ancienne usine, à Vandœuvre-lès-Nancy, pour établir une fabrique d'instruments agricoles. Il invente en particulier une charrue avec versoir mais sans roues, donc un peu similaire à l'antique araire. Légère, robuste, peu coûteuse, bien conçue et nécessitant une faible force de traction, elle obtient un succès considérable. En même temps, Dombasle rédige le Calendrier du Bon Cultivateur, almanach qui lui aussi rencontre un grand succès.
Désireux de se frotter à l'agriculture pratique, il fonde à Roville-devant-Bayon (Meurthe) une ferme exemplaire sur des terres qu'un notable, Antoine Bertier, lui donne en fermage (200 hectares). Le préfet de la Meurthe, Alban de Villeneuve-Bargemont, soutient l'opération et apporte son concours pour l'organisation d'une souscription visant à doter la ferme d'équipements convenables. Une école d'agriculture est aussi installée à Roville, à la fois pour que les bonnes méthodes d'agriculture soient propagées par des disciples et pour que le fermier (Dombasle) dispose d’un peu d'argent frais via le versement de leur pension par les élèves. La ferme expérimentale et l'institut agricole entrent en fonctionnement, à partir de 1822. Le bail est de 20 ans.
Il s’inspire de savants divers, en particulier de Thaër (il traduit, en 1821, sa Description des nouveaux instruments d’agriculture), de Sinclair (traduit en 1825 son Agriculture pratique et raisonnée), et travaille au perfectionnement de la charrue (et la charrue dite Dombasle va peu à peu se répandre dans les campagnes). Il en appelle à la protection du gouvernement sur l’élève et l’engraissement des animaux, qui l’intéressent beaucoup, et à l’attention du législateur sur la propagation des fourrages (afin d’augmenter bétail et engrais).
En 1842, les résultats sont contrastés. D'un côté, la ferme n'a dégagé que fort peu de profits. Dombasle a été sauvé de la ruine par des subventions de l'État. Après payement de toutes ses dettes (remboursement des souscripteurs-actionnaires), il lui reste très peu. L'échec est lié à la méconnaissance des bases de la nutrition minérale des plantes qui seront découvertes en 1840 seulement par Justus von Liebig. En l'absence de ces données, Dombasle n'a pas pu accroître sensiblement ses rendements agricoles. D'un autre côté, son école d'agriculture est une parfaite réussite. Le modèle va être copié à Grand-Jouan (future école agronomique de Rennes) et surtout à Grignon (école agronomique aussi), les deux étant encore en fonctionnement de nos jours.
Les Annales de Roville, dans lesquelles Dombasle rend compte de ses expériences, vont être copiées également. Le Calendrier du bon cultivateur va poursuivre sa carrière bien après la mort de Dombasle, tout comme la fabrique d'instruments agricoles.
Mathieu de Dombasle a donc contribué au perfectionnement d'instruments agricoles ; il a publié des ouvrages utiles ; il a formé des élèves et disciples qui, eux-mêmes, ont développé ses idées ; il a impulsé l'enseignement agronomique français. Plus encore, étant doté d'une particule (« de » Dombasle) et héritier d'une grande lignée, il n'a pas hésité à devenir simple fermier montrant ce que pouvait avoir « d'honorable la profession d'agriculteur » (discours d'inauguration de sa statue). C'est donc lui qui a lancé la mode de ces notables-agriculteurs, fiers d'être les deux à la fois, et si caractéristiques du milieu du XIXe siècle.
Il s’attelle à la rédaction d’un Traité général d’agriculture, quand la mort le prend, le 19 décembre 1843. Il s’était marié en 1803 avec Françoise-Julie Huyn, fille d’un ancien maréchal de camp, et était devenu veuf quelques années plus tard ; il laisse une fille, son fils l’ayant précédé dans la tombe.
Il devient membre de la Société d’Agriculture de Paris en 1834, et est aussi correspondant de l’Académie des Sciences.
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
balou

graphiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1918
Localisation : France
Emploi/loisirs : la marche
Humeur : bonne
Réputation : 0
Points : 2908
Date d'inscription : 05/12/2010

MessageSujet: Re: invention du semoir    Jeu 17 Fév 2011 - 22:34

ok
Revenir en haut Aller en bas
Fleur

Administrateur/trice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 71386
Localisation : france
Emploi/loisirs : FONDATRICE
Humeur : bonne
Réputation : 26
Points : 109651
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: invention du semoir    Lun 3 Oct 2011 - 14:47

:Razz:
Revenir en haut Aller en bas
http://bamby2.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: invention du semoir    

Revenir en haut Aller en bas
 
invention du semoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» écriture d'invention liaisons dangereuses
» CINEMA : INVENTION DIABOLIQUE ?
» Invention ... presque possible :D
» Invention du suppositoire
» invention paratonnerre ((fleur))

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PETITE MAISON TRANQUILLE  :: les inventions,72!fleur! :: 72 invention!fleur!construction :: inventions des S-
Sauter vers: